CinémaCritique Ciné

WAKE UP de RKSS [Critique Ciné]

Wake Up de RKSS [Critique Ciné]

Slasher sans aucun complexes, le sauvage Wake Up saura vous divertir malgré sa bêtise apparente.

Dans la série des films qui passent chaque semaine totalement inaperçus lors de leur sortie en salles voici Wake Up ! Un film d’horreur canadien passé par le Paris International Fantastic Film Festival en décembre 2023 et qui est arrivé en toute discrétion dans les salles françaises ce mercredi 8 mai 2024. Avis aux curieux !

Wake Up raconte l’histoire d’une bande de jeunes activistes qui vont se laisser enfermer dans un magasin du style Ikea à la fin de la journée pour y mener une action coup de poing. Tagguant les lieux pour dénoncer la déforestation sauvage et la cruauté envers les animaux, ils prendront un peu trop de confiance en comptant passer la nuit à tranquillement jouer au paintball dans le magasin, pensant que les vigils seraient trop bêtes ou trop bourrés pour les remarquer.

Wake Up de RKSS [Critique Ciné]

 Ce que ces jeunes activistes ne savaient pas c’est que parmi les vigils de nuit se trouve Kevin. Un gros gaillard à tendance psychopathe qui a bien failli être viré pour s’ être violemment embrouillée avec un client. Pour garder sa place, il n’aura pas d’autres choix que d’accepter de travailler de nuit et le week-end. Lorsqu’il va enfin se rendre compte de l’intrusion de cette bande d’adolescents, leur confrontation va vite tourner à la catastrophe. Un incident qui va réveiller les instincts primaux de Kevin qui va y voir l’opportunité de pouvoir rattraper son week-end de chasse sauvage auquel il a été obligé de renoncer pour travailler.

On ne pourra s’empêcher de penser à la comédie française Walter en voyant Wake Up. L’acteur Turlough Convery qui joue le vigil du film ressemble en effet beaucoup à Alban Ivanov qui y tenait le rôle d’un voleur qui se retrouvait face à un vigil pas commode. Les rôles sont donc ici inversés car c’est ce sosie canadien qui est ici le vigil et le film n’a cette fois ci rien d’une comédie même s’il pourra prêter à faire rire les spectateurs les plus sadiques. 

Wake Up de RKSS [Critique Ciné]

Il ne faudra pas chercher de cohérences dans cette histoire où ces jeunes activistes ne prendront jamais les bonnes décisions. Wake Up n’est pourtant pas si bête qu’il peut en donner l’air car les réalisateurs arriveront à justifier presque toutes les décisions à priori stupides du groupe. Il restera bien quelques points de cette histoire qui pourront paraitre capillotractés mais la tension qui s’installera soudainement lorsque Kevin va vriller mérite bien de fermer les yeux sur ces grosses ficelles propre au genre du slasher en huis clos. Ces jeunes débiles ne sont de toute façon que de la chair à canon dont nous prendrons un malin plaisir à les voir se faire éliminer les uns après les autres.

Les trois réalisateurs réunis sous le nom RKSS n’ont clairement pas chercher à faire dans l’originalité mais réussissent à recréer ce style de film d’horreur décomplexé de manière vraiment convaincante avec des meurtres bien sauvages même s’ils auraient mérité de forcer un peu plus sur le gore. On se dit aussi que si le film était sorti il y a quelques années, ils n auraient pas manquer d’ y coller une scène de sexe mais cela semble désormais prohibé par la morale plus que n’importe quelle tuerie. Malgré son manque général d’originalité, nous retiendrons de Wake Up une scène où les derniers survivants sont aspergés de peinture phosphorescente qui restera vraiment marquante.

Wake Up de RKSS [Critique Ciné]

Nous nous y attendions pas mais ce Wake Up est vraiment une bonne surprise ! Un slasher en huis clos bien tendu où voir une bande de jeunes débiles se faire méchamment zigouiller est particulièrement jouissif. En acceptant un scénario pas aussi bête que nous pourrions le croire, il y a de quoi passer un moment bien divertissant devant ce film d’horreur canadien qui rappelle quelques classiques du genre.

MON AVIS :
3/5

A Lire Aussi

When Evil Lurks de Demián Rugna |Critique Ciné]

WHEN EVIL LURKS de Demián Rugna [Critique Ciné]

Récompensé au Festival Fantastique de Gérardmer, When Evil Lurks innove dans le film de possession.

Le Deuxième Acte de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

LE DEUXIEME ACTE de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux est déjà de retour avec Le Deuxième Acte choisi  à juste titre comme film d’ouverture du Festival De Cannes 2024.

Blue & Compagnie

BLUE & COMPAGNIE de John Krasinski [Critique Ciné]

Après l’horreur, John Krasinski se lance dans le film pour enfants avec un Blue & Compagnie bien moins réussi que ses prestigieuses inspirations.

Comme Un Lundi de Ryo Takebayashi [Critique Ciné]

COMME UN LUNDI de Ryo Takebayashi [Critique Ciné]

Un Jour Sans Fin devient une semaine entière dans la délirante comédie japonaise Comme Un Lundi.

Wake Up de RKSS [Critique Ciné]

WAKE UP de RKSS [Critique Ciné]

Slasher sans aucun complexes, le sauvage Wake Up saura vous divertir malgré sa bêtise apparente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.