A CURE FOR LIFE de Gore Verbinski [Critique Ciné]

 

A Cure For Life

 

Disparu des écrans radars depuis quatre ans, le réalisateur Gore Verbinski fait son retour cette année avec A Cure For Life, un thriller fantastique qui s’annonce particulièrement sombre et inquiétant.

 

 

SYNOPSIS : Lockhart, un jeune cadre  de la finance aux dents longues, est envoyé en urgence à la recherche de son grand patron qui a décidé de tout laisser tomber pour rester dans la cure thermale en Suisse où il était parti se reposer. Arrivé sur place, le jeune homme aura bien du mal à pouvoir accéder à son patron. Mis en garde que personne ne quitte l’établissement, il réalisera vite que cela est bien vrai puisqu’en voulant repartir, il sera victime d’un accident de voiture. Coincé avec un plâtre à la jambe dans la cure, Lockhart va tout faire pour tenter de percer le mystère de cet endroit.

 

Si nous n’avions plus de nouvelles de Gore Verbinski depuis quatre ans ce n’est pas parce qu’il se cachait après l’échec au box office de Lone Ranger, Naissance D’Un Héros mais parce qu’il n’a pas eu de chance avec son adaptation du jeu vidéo Bioshock. Alors qu’il s’apprêtait à partir en tournage, le film a subitement été annulé par son studio effrayé par le fait que le film serait interdit aux moins de 17 ans aux Etats Unis. Le réalisateur n’aura finalement pas beaucoup mis de temps pour rebondir en imaginant avec le scénariste Justin Haythe l’histoire totalement originale de A Cure For Life où l’on pourra s’empêcher cependant de retrouver quelque chose de l’atmosphère du jeu Bioshock.

 

A Cure For Life

 

Ce qui frappe au premier abord c’est l’élégance des images de A Cure For Life. Chaque plan semble avoir été particulièrement réfléchi et soigné pour faire de ce film une véritable oeuvre d’art. C’est sombre et totalement glaçant et du coup particulièrement scotchant de la première à la dernière minute. A Cure For Life commence dans les bureaux de financiers avec une esthétique qui rappelle un peu la série Mr. Robot. Si on ne comprendra pas tout sur le jargon financier, on comprendra que les employés sont tous au bord du burn-out alors que le cours à la bourse de leur entreprise est en train de s’écrouler. La lettre envoyée par leur boss qui renonce à se fonctions ressemblera au dernier clou dans le cercueil. C’est pourquoi il était urgent de le faire revenir et c’est à Lockhart, un jeune trader en quête de promotion, qui va devoir partir en Suisse pour le ramener de gré ou de force.

Lorsqu’il arrivera dans l’institut suisse, on pensera beaucoup dans l’atmosphère à Shutter Island mais aussi à The Lobster. Les gens qui sont ici ne sont pas fous mais ont été convaincus qu’ils étaient gravement malades et que le seul remède était dans l’eau de cet institut. Ce sont pour la plupart des hommes et des femmes d’affaires fortunés, victimes de surmenage, qui ont abandonnés montres et ordinateurs pour leur bien être. Le titre original du film étant d’ailleurs A Cure For Wellness. Les premiers pas dans cet endroit nous montre un lieu aseptisé et réglé comme un coucou suisse mais se retrouvant coinçé là bas, Lockhart va partir en exploration et nous dévoiler le coté sombre et angoissant de l’établissement ddigne d’un film d’horreur.

 

A Cure For Life

 

Il faudra particulièrement s’accrocher pour comprendre toute l’intrigue de A Cure For Life. Gore Verbinski prend tout son temps pour dérouler son histoire faisant monter le suspense mais promenant aussi un peu trop le spectateurs. Entre les flash-backs, les rêves et les hallucinations, on aura parfois un peu de mal à démêler le vrai du faux. Il y aura aussi de quoi être particulièrement surpris par le dernier acte un peu grand guignolesque à la Fantôme de L’Opéra qui dénote avec le reste du film.

Gore Verbinski semble avoir voulu pousser la ressemblance avec Shutter Island en engageant l’acteur Dan DeHaan qui ressemble en effet beaucoup au Leonardo DiCaprio d’il y a quelques années. Il joue le rôle de Lockhart qui au début avait tout pour être détestable en véritable Loup De Wall Street mais qu’on finira par prendre en sympathie face au piège qui se referme sur lui. A la tête de cet établissement, on trouve Jason Isaacs aussi glaçant qu’en Lucius Malefoy, un nouveau grand rôle pour cet acteur qui excelle dans les rôles de méchants. Dans ses explorations, Lockhart fera la connaissance d’Hannah la plus jeune patiente de l’institut aux allures un peu fantomatique jouée par Mia Goth, actrice et mannequin vue dans Nymphomaniac.

 

A Cure For Life

 

A Cure For Life est une film exigeant qui demandera d’être bien attentif pour bien comprendre toute son histoire. Un second visionnage ne sera pas de trop pour mettre de l’ordre dans cette intrigue sombre et angoissante qui flirte avec l’horreur. Cela n’empêchera pas d’être subjugué par la beauté de chacune des images du film et hypnotisé par le thème musical récurrent. Le trio à la tête de la distribution fait aussi beaucoup pour la réussite du film de Gore Verbinski, véritable leçon de film fantastique qui fera certainement date dans le genre.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : A Cure For Wellness
  • RÉALISATEUR : Gore Verbinski
  • AVEC : Dane DeHaan, Jason Isaacs et Mia Goth
  • SCÉNARISTES : Gore Verbinski et Justin Haythe
  • COMPOSITEUR : Benjamin Wallfisch
  • GENRE : Thriller, Fantastique
  • DURÉE : 2h27
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : 20th Century Fox France
  • SITE OFFICIELhttp://www.acureforwellness.com/
  • DATE DE SORTIE : 15 septembre 2017