Critique Ciné : MAN OF STEEL de Zack Snyder

Après dix neuf ans d’absence, Superman faisait son grand retour en 2006 dans un long métrage qui avait divisé les fans. Parmi les critiques, le manque d’ennemi redoutable et de scènes d’actions percutantes étaient celles qui revenaient le plus souvent privant le super héros d’une chance de poursuivre sur cette voie. Sept ans plus tard le voici de retour, cédant à la mode du reboot sous la caméra de Zack Snyder et le contrôle de Christopher Nolan.

 

SYNOPSIS : Avant la destruction de Krypton, Jor-El et Lara envoient leur nouveau né Kal-El sur Terre emportant avec lui la mémoire génétique de la planète. Adopté par la famille Kent, il grandira paisiblement à la campagne sous le nom deClark avec la précaution de ne jamais utiliser ouvertement ses pouvoirs. Lorsque trente ans après le General Zod réussi à retrouver sa trace, Clark Kent va devoir assumer son statut de super héros pour sauver la Terre.

avertissement : cette critique contient quelques spoilers

 

Depuis que Christopher Nolan a réussi à donner une nouvelle jeunesse à Batman, ils sont nombreux à avoir tenté de faire de même. La Warner ayant le réalisateur sous le coude, ils ont réussi à le convaincre de se pencher sur le sort de Superman, héros devenu un brin ringard ces dernières années au point que DC Comic avait même fini par le tuer pour lui donner une nouvelle vie. Uniquement producteur de ce nouveau long métrage, il a appliqué à la lettre la même recette à succès : exit le nom du super héros sur l’affiche remplacé uniquement par son surnom Man Of Steel (l’homme d’acier) et un ton plus sombre et plus réaliste même si cela est plus difficile à appliquer à un héros venu d’une autre planète.

Il ne fallait cependant pas oublier de tirer les leçons de l’échec du précédent retour du super héros, la Warner avait besoin d’action et a donc demandé à Zack Snyder, réalisateur du très réussi 300 et plus de récemment de Sucker Punch, de se charger de la mise en scène de ce nouvel opus. Brillant visionnaire, il n’a pas eu de mal à redonner le coup de fouet nécessaire à la franchise d’autant plus qu’il était maintenant rodé au film de super héros avec son adaptation de Watchmen.

Après un prologue sur la planète Krypton bien plus mouvementé que dans le film de 1979, Le film se poursuit alors que Clark Kent est sur Terre depuis une trentaine d’année toujours à la recherche de qui il est vraiment. Il a fait la promesse à son père adoptif de ne pas utiliser ses pouvoirs mais certaines situations l’exigent par moment l’obligeant à chaque fois à s’enfuir après coup. Des objets lui rappellent parfois des souvenirs de son enfance donnant lieu à des flash-back expliquant de manière plus originale une histoire que l’on connaît déjà.

Il fallait aussi trouver quel méchant serait le plus apte a donner réellement du fil à retordre au Man Of Steel. La réponse est une évidence : le Général Zod ! Celui qui avait marqué la saga cinématographique dans un second opus mémorable. Avec un ennemi de cette envergure, Zack Snyder a les moyen de signer des scènes d’actions mémorables encore plus impressionnantes que celles du Avengers de Joss Wheddon.

Snyder, Nolan et le scénariste David S. Goyer a qui l’on doit aussi le reboot de Batman ont passé à la trappe beaucoup d’éléments de l’histoire de Superman. A commencer par le légendaire slip rouge au dessus de la combinaison qui nuisait dans leur esprit à la crédibilité du film. Aucune mention n’est faite non plus de la Kryptonite. On s’étonnera aussi de ne pas voir Clark Kent devenir tout de suite journaliste au Daily Planet et manque aussi à l’appel l’incontournable Lex Luthor dont seul le nom de sa compagnie sur un camion citerne sert de clin d’oeil.  Peut etre pour accentuer le réalisme, l’humour très présent dans les précédents films, est quasiment absent de ce reboot.

Pour incarner le nouveau Superman, la Warner  a choisi Henry Cavill. L’acteur remarqué dans la série Les Tudors a été testé en tenant la tête d’affiche de Les Immortels et Sans Issue. Une chose est sure sa carrure lui permet de tenir le rôle à la perfection. Il se montre impeccable dans les scènes de dialogues comme dans l’action. Le comédien doit faire le poids face à ses deux pères incarnés par deux grands acteurs, Jor-El est interprété par Russel Crowe et Jonathan Kent par Kevin Costner, deux ex-Robin des Bois (le personnage pas la troupe comique) qui s’imposent en figures paternelles. Mais le plus dur sera d’affronter Michael Shannon qui incarne un Général Zod qui pourrait bien éclipser Terence Stamp qui avait su rendre légendaire le personnage dans Superman II.

Malgré d’indéniables qualités, Man Of Steel souffre de personnages secondaires complètement accessoires. La pauvre Amy Adams doit composer avec une Loïs Lane beaucoup plus spectatrice que dans les versions précédentes. Sans véritable background ni histoire à développer. Il en est de même de tout les membres du Daily Planet particulièrement maltraité avec un rédacteur en chef interprété par Laurence Fishburne et un Jimmy Olsen qui s’est transformé en Jenny Olsen incarnée par Rebecca Buller auquel on voudrait prêter de l’importance sans expliquer pourquoi. Le deuxième épisode déjà programmé corrigera certainement ces erreurs.

Visuellement spectaculaire, Man Of Steel fera oublier ses quelques menus défauts par une action débridée qui met à l’amende tous les autres super héros. Marvel peut trembler face au retour de Superman et bientot de La Ligue des Justiciers. Avec un reboot de cette qualité DC Comics est sur et certain de pouvoir faire repartir ses aventures pour de nombreuses années.

 

MON AVIS : 5/5

 

FICHE TECHNIQUE :

  •  REALISATEUR : Zack Snyder
  •  AVEC : Henry Cavill, Amy Adams & Michael Shannon
  •  GENRE : Science Fiction
  •  DUREE : 2h20
  •  SITE OFFICIELhttp://manofsteel.warnerbros.com/
  •  DATE DE SORTIE : 19 juin 2013