DANS UN RECOIN DE CE MONDE de Sunao Katabuchi [Critique Ciné]

 

Dans un Recoin De Ce Monde

 

Prix du Jury à la dernière édition du Festival du Film d’Animation d’Annecy, l’émouvant Dans Un Recoin De Ce Monde sort enfin dans les salles de cinéma ce mercredi.

 

 

SYNOPSIS : En 1944, la jeune Suzu est contrainte de quitter Hiroshima où vit sa famille pour suivre son époux chez sa belle famille dans la ville portuaire de Kure. Malheureuse de ce mariage forcée, la jeune femme va petit à petit s’habituer à vivre avec cette nouvelle famille, occupée par les tâches ménagères, la cuisine et sa passion pour le dessin. Mais au fur et à mesure que la guerre se rapproche, les conditions de vies déclinent et demandent de l’imagination pour améliorer le quotidien, ce que nous manque pas Suzu.

 

Après Lou Et L’Île Aux Sirènes, vainqueur du Cristal du meilleur long métrage au Festival D’Annecy, la semaine dernière, les fans de japanimation sont gâtés puisque sort cette semaine Dans Un Recoin De Ce Monde, le vainqueur du Prix du Jury. Ces sorties rapprochées montrent la variété et la richesse de l’animation japonaise. De quoi faire taire les mauvaises langues persuadées qu’il s’agit toujours de « Japoniaiseries » à l’image de ces exploitants qui restent encore trop frileux pour ouvrir leur salles à ces longs métrages qui n’ont pourtant rien à envier à la plupart des productions en image de synthèse au succès pas toujours légitime.

 

Dans un Recoin De Ce Monde

 

Lorsqu’on pense japanimation et seconde guerre mondiale vient tout de suite en tête Le Tombeau Des Lucioles, le grand chef d’oeuvre de Isao Takahata qui depuis trente ans n’a jamais trouvé d’égal sur le sujet. Avec Dans Un Recoin De Ce Monde, le réalisateur Sunao Katabuchi, qui a commencé sa carrière à coté d’Hayao Miyazaki,  n’a certainement pas cherché à rivaliser avec le film culte mais plutôt de proposer une nouvelle histoire qui pourrait servir de complément pour montrer ce que c’était de vivre au Japon durant la seconde guerre mondiale. Moins dramatique, le film retrace quinze ans de la vie d’une jeune fille de 1933 à 1945 qui a du renoncer à sa famille suite à un mariage forcé.

Visuellement, Dans Un Recoin De Ce Monde surprend dans ses premières minutes. Il se dégage un coté un peu retro dans le design des personnages proche des vieux mangas  tels que ceux d’Osamu Tezuka. C’est en fait pour coller au mieux au style du manga d’origine créé par Fumiyo Kôno, une mangaka habituée à travailler avec le réalisateur Sunao Katabuchi puisqu’elle avait déjà créé les personnages de son court métrage Hana Wa Saku. Au début, on a l’impression que les personnages sont un peu figés et ne s’intègrent par tout à fait dans les décors comme si ils étaient vraiment découpés du manga, ce sentiment s’estompe cependant rapidement lorsqu’on se focalise sur l’histoire.

 

Dans un Recoin De Ce Monde

 

Il y a un contraste assez étrange entre ces personnages au design mignon et rigolo et l’histoire qui est plutôt tragique. On n’arrive pas vraiment à donner d’age à cette héroïne que l’on voit pourtant grandir sur une période de douze ans. Mais le plus gros soucis est que certains personnages se ressemblent tellement qu’on aura du mal à les distinguer entre eux si on n’est pas trop physionomiste. Du coup il ne sera pas rare de  se retrouver parfois un peu largué dans l’intrigue à se demander qui est qui. Cela ne veut pas pour autant dire que le dessin animé n’a pas de charme, bien au contraire même si le style ne se prête pas le mieux à une histoire grave.

Même si Dans Un Recoin De Ce Monde nous offre quelques passages oniriques pour souligner les capacités d’imagination de Suzu, l’intrigue du film se veut surtout réaliste. On est pris par l’angoisse au fur et à mesure que s’approche la date fatidique du largage de la bombe atomique sur Hiroshima. Mais avant cela l’histoire n’aura déjà pas manqué de rebondissements dramatiques alors que se multiplient les bombardements forçant les habitants à se terrer dans les abris atomique. Le film échoue cependant à se montrer aussi émouvant que Le Tombeau Des Lucioles mais les différents malheurs de Suzu ne sont clairement pas destiné aux trop jeunes.

 

Dans un Recoin De Ce Monde

 

Dans un Recoin De Ce Monde étonne en plusieurs points tout d’abord dans ses graphismes et sa réalisation un brin rétro mais très jolie qui le distingue des dessins animés japonais les plus récents. Un style graphique qui ne colle pas vraiment à l’histoire tragique et réaliste de ce long métrage qui n’arrive pas à être aussi émouvant que ce  à quoi on s’attendait. De part son thème, le dessin animé de Suano Katabuchi souffre en effet de la comparaison obligatoire avec Le Tombeau Des Lucioles qu’il n’arrivera pas à nous faire oublier. Malgré la déception, ce n’est pas pour autant qu’on ne passera pas un bon moment devant le film.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

BONUS : le  court métrage Hana Wa Saku réalisé par Suano Katabuchi et designé par Fumiyo Kôno

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Kono Sekai No Katasumi Ni
  • RÉALISATEUR : Sunao Katabuchi
  • AVEC LES VOIX EN V.O. DE : Rena Nounen, Yoshimasa Hosoya, Minori Omi
  • SCÉNARISTESunao Katabuchi d’après l’oeuvre de Fumiyo Kôno
  • COMPOSITEUR : Kotoringo
  • GENRE : Animation Japonaise
  • DURÉE : 2h05
  • NATIONALITE : Japonais
  • DISTRIBUTEUR : Septième Factory
  • SITE OFFICIELhttps://www.inthiscornermovie.com/fr/
  • DATE DE SORTIE : 6 septembre 2017