DEAD CROSS : DEAD CROSS (2017) [Chronique CD]

 

Dead Cross : Dead Cross

 

Le voici enfin le premier album éponyme de Dead Cross, le projet Punk Hard Core du batteur Dave Lombardo qui retrouve pour l’occasion le chanteur Mike Patton. Attention ça déménage !

 

 

Dave Lombardo est en colère ! Et on ne peut que le comprendre car ces dernières années n’ont pas du être évidentes pour lui. Après avoir été viré sans ménagement de Slayer pour avoir demandé une part plus équitable du gâteau, il s’est ensuite embrouillé avec les membres de son autre groupe Philm pour différents artistiques. Histoire de canaliser tout cet énervement, il a choisi de faire du bruit en formant Dead Cross un groupe de Punk Hard Core pour lequel il s’est entouré de trois membres du groupe The Locust : le chanteur Gabe Serbian, le guitariste Mike Crain et le bassiste Justin Pearson. Encore plus énervé par l’attentat du Bataclan, c’est en décembre 2015 que les musiciens s’étaient enfermés en studio pour enregistrer leur premier album avec l’incontournable Ross Robinson derrière les manettes.

Mais alors que l’album aurait du paraître quelque mois plus tard, le vocaliste Gabe Serbian a préféré quitter le groupe pour passer plus de temps avec sa fille. Il n’était alors plus question de sortir l’album tel quel pour Dave Lombardo qui s’est mis en quête d’un nouveau chanteur. Après avoir longtemps hésité pensant qu’il ne serait jamais partant, il a fini par appeler Mike Patton avec qui il jouait dans Fantomas pour lui proposer le poste. De son coté le chanteur voulait justement proposé au batteur de distribuer son disque sur son label Ipecac Records, c’est donc avec très peu de réflexion qu’il a sauté sur l’occasion de faire parti intégrante de ce projet. Avec ce nouveau vocaliste, Dead Cross est devenu bien plus qu’un simple nouveau groupe de Punk Hard Core et mérite grandement votre attention.

 

Dead Cross

 

D’une durée de seulement vingt huit minutes pour prouver à ses anciens camarades de Slayer qu’il pouvait faire plus violent et intense que le cultissime Reign In Blood qui dure 29 minutes, ce premier disque en impose déjà.  Musicalement le trio décoiffe dans le même style que ce que pouvait déjà faire The Locust et Retox mais l’adjonction d’un batteur de la trempe de Dave Lombardo, connu comme l’un des plus grands batteur de Thrash Metal, fait déjà que l’on intéressera plus aux breaks de folie qu’il nous propose qu’aux riffs assez basiques du guitariste Mike Crain. Le batteur donne vraiment l’impression d’être libre de faire ce qu’il veut et nous donne une sévère démonstration de talent avec une double caisse ultra rapide accompagné de blasts d’enfer et de breaks vraiment recherchés.

Mais surtout c’est le chant de Mike Patton qui va focaliser toute notre attention durant les dix titres qui composent ce premier album. Si il n’a pas participé à la composition des chansons en elles mêmes, il les a malgré tout bien transformé rien qu’en posant ses lignes de chants. Au lieu de ce qui avait été inventé par l’ancien chanteur Gabe Serbian, il a complètement réécrit les paroles mais a aussi surtout amené une sorte de schizophrénie en multipliant les types de chant et les sonorités de sa voix. Si il n’était pas question pour lui de rajouter des nappes de synthé à la Faith No More, c’est par les chœurs, qu’il assure tout seul, qu’il a apporté un peu plus de mélodie à cet ensemble complètement fou. On se demande tout de même parfois d’où il peut sortir des voix pareils tant il est capable de partir dans des aigus incroyables comme sur le titre Grave Slave.

 

 

Si ce premier album de Dead Cross peut se montrer particulièrement violent, il comporte tout de même par moments des passages plus calmes pour laisser souffler l’auditeur et lui faire apprécier d’autant plus la qualité de l’ensemble du groupe. Le titre Shillelagh fait beaucoup penser à du Slayer et les chœurs et le refrain de Mike Patton nous donneront envie de chanter avec lui. La véritable respiration du disque reste cependant la reprise raccourcie et bien accélérée du titre Bella Lugosi’s Dead du groupe Bauhaus qui reste malgré tout très fidèle à l’originale dans son ambiance avec en fond un Mike Patton qui poussent des cris de fantômes tourmentés et où Dave Lombardo a rajouté une vraie partie de batterie avec son lot de breaks sans jamais dissoner.

Si on pouvait craindre que Mike Patton se soit assagi avec son disque très réussi de crooner italien où les différentes musiques de films sur lesquels ils passent désormais le plus de temps, ce premier album de Dead Cross nous permet de voir qu’il n’a rien perdu de sa créativité et de ses exubérances. On retrouve ici aussi bien des titres qui feront penser à Faith No More comme Gag Reflex que Tomahawk comme Church Of Motherfuckers et sa reverb’ sur les guitares. Un titre comme Pistolero aurait aussi très bien pu se retrouver sur un disque de Mr Bungle. Tandis que les dissonances et autres étrangetés nous replongeront dans les premiers albums de Fantomas.  Si certains lui reprocheront d’avoir peut être dénaturé la violence du projet initial, on ne peut au contraire que le féliciter d’avoir fait de ce premier album un disque bien plus riche que ce qu’il aurait été avec son ancien chanteur.

 

Aussi indispensable pour les fans de Dave Lombardo que pour ceux de Mike Patton, ce premier album de Dead Cross est sans aucun doute un incontournable de cette année 2017. Combinant la violence de Slayer, les délires de Fantomas et les mélodies de Faith No More tout en gardant l’agressivité des albums de The Locust, cet album apporte une véritable bouffée d’air frais au Punk Hard Core et c’est avec la plus grande  impatience qu’on espère pouvoir rapidement découvrir ce que vaudra le groupe sur scène.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

TRACKLISTING :

  • 01. Seizure And Desist
  • 02. Idiopathic
  • 03. Obedience School
  • 04. Shillelagh
  • 05. Bella Lugosi’s Dead
  • 06. Divine Filth
  • 07. Grave Slave
  • 08. The Future Has Been Cancelled
  • 09. Gag Reflex
  • 10. Church Of The Motherfuckers

 

LINE UP :

  • MIKE PATTON : Chants
  • DAVE LOMBARDO : Batterie
  • MICHAEL CRAIN : Guitares
  • JUSTIN PEARSON : Basse

 

FICHE TECHNIQUE :