VIRTUAL REVOLUTION de Guy-Roger Duvert [Critique Ciné]

 

Virtual Revolution

 

Les fans de science fiction ont peut être été interpellés par les nombreuses affiches du film Virtual Revolution dans le métro. Une nouvelle tentative de films de genre réalisé par un français, cela mérite forcement de s’y intéresser en espérant découvrir un nouveau talent prometteur.

 

 

SYNOPSIS : Dans le Neo Paris de 2047, la majorité des gens vivent désormais connecté aux mondes virtuels et se soucient peu désormais de la vie réelle. Pour réveiller les consciences, un groupe de terroristes a choisi d’utiliser un virus qui décime les joueurs. Une multinationale embauche en secret l’Agent Nash pour mettre un terme à leur action.

 

Remarqué avec son premier court métrage d’Héroïc Fantasy Cassandra, le réalisateur français Guy-Roger Duvert passe pour la première fois au long métrage avec Virtual Revolution, un ambitieux film de science fiction qu’il n’a pu financer qu’en faisant appel à un financement américain. Une fois de plus aucun producteur ni même de distributeur français n’a osé parier sur un film de genre forçant le réalisateur à démarcher lui-même les salles de cinéma. Pourtant en donnant les moyens de leurs ambitions à certains réalisateurs français inspirés, on pourrait peut être voir un jour percer un Ridley Scott Français !

 

Virtual Revolution

 

Le réalisateur Guy-Roger Duvert s’y verrait probablement déjà bien car l’influence de Blade Runner sur son long métrage est plus que flagrante. Les décors, les costumes, la narration tout rappelle le film culte de Ridley Scott. Il ne manque qu’une seule chose : le budget car le talent est bien là. D’autant plus que Guy-Roger Duvert assure l’écriture du scénario, la réalisation et la composition de la musique du film tel un John Carpenter ou un Roberto Rodriguez et qu’avec les moyens dont il dispose, on ne peut que saluer la performance.

Le film commence par un combat épique dans un monde d’Heroïc Fantasy quand subitement l’un des guerriers annonce qu’il doit vérifier des mails. On comprendra alors qu’il s’agit d’un monde virtuel et que le guerrier en question est l’avatar de l’Agent Nash. Celui-ci est considéré comme un Hybride car il sait encore partager sa vie entre le jeu virtuel et la vie réelle contrairement à ceux qu’on appellent les Connectés qui ne vivent plus que dans le monde virtuel dans différents types d’univers. Si cela arrange bien les multinationales, un groupe d’activiste aimerait voir les gens retrouver une vie normale mais personne ne semble vraiment le souhaiter.

 

Virtual Revolution

 

Il faudra un peu s’accrocher pour bien comprendre cette histoire et absorber les longs tunnels de dialogues. Le film étant tourné en Anglais, les spectateurs qui ne sont pas bilingues auront peut être par moment l’impression de lire un roman. C’est à se demander si ces longues scènes de parlotte ne sont pas destiné à masquer un peu le manque de moyens. Heureusement, le film a par moment des fulgurances étonnantes avec de véritables scènes d’action très réussies. Il faudra cependant fermer les yeux sur quelques incohérences pour vraiment apprécier cette histoire. Par exemple pourquoi les protagonistes parlent tous en anglais alors que l’action se passe à Paris ? On sent bien que le réalisateur a été ici coincé entre son histoire et sa production américaine qui obligeait un tournage dans la langue de Shakespeare.

Malgré son budget limité, Guy-Roger Duvert a malgré tout réussi à engager Mike Dopud, acteur de la série Stargate : Universe revu dans Continuum et Dark Matter, dans le rôle principal. Il porte entièrement le film sur ses épaules puisqu’il en est à la fois le héros et le narrateur. Certains reconnaîtront peut être aussi  l’actrice Jane Balder, célèbre pour son rôle de Diana dans la première version de la  série V, en dirigeante de la multinationale. Il y a aussi de très belles actrices comme la chanteuse Melissa Mars dans un petit rôle de guerrière médiéval, Kaya Blocksage vue dans la série Clem en meneuse des activistes et Petra Silander en avatar ultra sexy.

 

Virtual Revolution

 

Il faut regarder Virtual Revolution avec un œil indulgent en imaginant ce qu’aurait pu faire le réalisateur Guy-Roger Duvert avec plus de moyens. Tel quel, le film a tout de même de très bon coté : une histoire qui tient la route et ouvre le débat, des effets spéciaux dans l’ensemble plutôt réussis et une bonne direction d’acteur. Outre le décalquage de l’univers de Blade Runner, le film n’est pas sans rappeler la série française adapté du magazine Metal Hurlant vue sur France 4. Si vous êtes fans de science fiction, vous devez absolument trouver une salle pour voir Virtual Revolution pour soutenir ce réalisateur qui pourrait bien un jour entrer dans la cour des grands.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Guy-Roger Duvert
  • AVEC : Mike Dopud, Jane Badler, Maximileion Poullein & Kaya Blocksage
  • SCÉNARISTE : Guy-Roger Duvert
  • COMPOSITEUR : Guy-Roger Duvert
  • GENRE : Science Fiction
  • DURÉE : 1h32
  • NATIONALITÉ : Américain
  • SITE OFFICIELhttp://virtualrevolutionmovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 12 octobre 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *