Critique Ciné : HELI de Amat Escalante

CritiqueCiné2014

http://nsm08.casimages.com/img/2014/04/30/14043002524717207912191390.jpg

Il était temps enfin de découvrir le long métrage qui a valu à Amat Escalante le prix de la mise en scène au Festival de Cannes de 2013 ! Quasiment un an d’attente pour que le successeur du remarque Los Bastardos déjà en séléction à Cannes dans la catégorie Un Certain Regard en 2008. Après le bon accueuil des critiques Cannois, est ce que le grand public appréciera t’il autant ce nouveau film annoncé comme encore plus violent ?

 

INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

Estela, 12 ans à peine, est amoureuse d’un jeune policier de 17 ans qui travailler dans une brigade corrompue. Afin de se faire de l’argent pour s’enfuir, le jeune homme vole de la drogue qui avait été saisie et la planque chez Estela et son frère Heli. Lorsque les policiers se rendent compte de ce vol, ils vont embarquer toute la famille pour un sérieux réglement de comptes.

Trois films et trois nominations à Cannes, Amat Escalante fait parti de ces nombreux réalisateur qui semble avoir un abonnement à vie à la séléction Cannoise. Avec pour autre point commun qu’il s’agit généralement de films que le grand public n’ira jamais voir. Heli semble bien parti pour suivre le même chemin puisqu’il n’est projeté que dans des cinémas d’art et d’essai. Le genre de cinéma où les possesseurs de cartes d’abonnement Gaumont ou UGC sont accueuillis avec un regard noir du caissier elitiste.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/04/30/14043002531017207912191394.jpg

Le personnage d’Heli qui donne son nom au film ne peut pas vraiment être considéré comme le « héros » de cette histoire puisque l’intrigue principale lui tombe dessus alors qu’il ne demandait rien. D’ailleurs tout le film est une succession de plan séquence où Amat Escalante filme le néant. Heli part au travail, Estela flirte avec son copain avant de servir d’haltères humains, les policiers qui font de la communication sur les saisies de drogues, un examen ginécologique,… On ne voit pas trop où veut en venir le réalisateur.

Ce n’est que bien plus tard qu’arrive enfin cette intervention musclée de policiers corrompus qui vont faire bien du mal à la famille d’Heli. Le réalisateur se lâche alors dans des scènes de violence et de torture qui ne choqueront que les spectateurs qui n’auront jamais vu un film d’horreur ou un thriller digne de ce nom. Difficile de justifier une interdiction aux moins de seize ans pour quelques coups de batte et une « merguez » grillée. A la limite seul le passage où Beto le jeune policier se roule dans son vomi pourra soulever le coeur.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/04/30/14043002525317207912191392.jpg

Si la violence de ces scènes ne nous émeut pas plus que ça, c’est certainement parce que Amat Escalante n’a absolument rien fait pour nous faire aimer avant cela les personnages. Les âmes bien pensantes auront pitié par avance de ces pauvres gens du tiers monde mais ça manque de véritable tissu familial pour partager vraiment leur drame. Sean Ellis avait su le faire de façon bien plus convaincante dans Metro Manila où la descente en enfer de cette famille de paysan nous prenait réellement aux tripes.

La faute aussi à  ce casting très amateur pour il s’agit pour la plupart de la première oeuvre. On ne peut pas dire qu’il nous fasse éprouver la moindre émotion. On dirait même que le réalisateur les a choisi le plus moche possible pour souligner la misère mais au final on ne ressent que du dégout pour eux. Il y a en eux pas la moindre once de rebellion ou d’attitude positive pour en faire au choix des héros ou des martyrs.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/04/30/14043002530017207912191393.jpg

MON AVIS

0/5

Terriblement lent et mou avec l’impression constante qu’il ne se passe quasiment rien de tout le film, on comprend très mal comment ce film a pu gagner le Prix de la Mise En Scène à Cannes. Certainenement plus des raisons humanitaire que cinématographique ! Dans le genre, on a déjà franchement vu mieux et il vaudra mieux passer son chemin que de perdre son temps devant ce néant absolu.

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Amat Escalante

 – AVEC : Armando Espitia, Andrea Vergara & Linda Gonzalez Hernandez

 – SCENARISTE : Amat Escalante & Gabriel Reyes

 – GENRE : Drame

 –  DUREE : 1h45

 – MUSIQUE : Lasse Marhaug

 – DATE DE SORTIE : 9 avril 2014

A LIRE AUSSI :

 – la critique de METRO MANILA http://xav-b.over-blog.com/article-119157144.html

 – la critique de SIN NOMBREhttp://xav-b.over-blog.com/article-36863317.html

 – la critique de MACHETEhttp://xav-b.over-blog.com/article-62232221.html

 – la critique de CARTELhttp://xav-b.over-blog.com/article-121141418.html

 – la critique de LES MILLER, UNE FAMILLE EN HERBEhttp://xav-b.over-blog.com/article-120199774.html