FATE GEAR – LE RÉACTEUR, PARIS / ISSY LES MOULINEAUX – 16 MARS 2019 [Chronique Concert]

 

 

La première tournée européenne de Fate Gear s‘achevait ce samedi 16 mars 2019 à Issy Les Moulineaux près de Paris dans la salle Le Réacteur. Une occasion rêvée de pouvoir enfin découvrir sur scène ce groupe très prometteur de Steam Punk Metal japonais au féminin.

 

 

Quatre mois après la première venue en France de Lovebites, c’est au tour de leur ancienne camarade de Destrose, la guitariste Mina et son nouveau groupe Fate Gear de venir à son tour tenter de conquérir le public français pour la première fois dans le cadre de leur première tournée Européenne Headless Goddess Tour qui comptait pas moins de trois escales dans notre pays. C’est à Issy Les Moulineaux tout près de Paris que cette tournée s’achevait le 16 mars 2019 avec un concert dans la salle Le Réacteur avec en première partie le DJ Mike Rock et les rockeuses françaises de Jades.

 

Jades

 

Plutôt que de faire tourner une playlist comme dans la majorité des concerts, c’est le DJ Mike Rock connu pour ses prestations au Hellfest qui a été choisi pour chauffer le public avant les concerts de Jades et Fate Gear. Que dire de la prestation de ce DJ à peine capable de mixer les titres où même d’enchaîner deux chansons qui collent bien ensemble. N’importe quel fan de métal aurait pu faire la même chose avec son PC et une table de mixage tellement il n’y a rien à retenir de cette prestation. Rien ne nous aura été épargné y compris la panne technique sur un Bohemian Rhapsody que l’on a déjà trop entendu depuis la sortie du film sur Queen. Une bonne heure de gâchée tant il n’aura pas réussi à mettre l’ambiance.

Les choses sérieuses commencent enfin avec Jades. Les quatre filles sont venues quasiment à la dernière minutes remplacer le groupe allemand Grailknight qui aurait du clôturer la soirée mais qui ont du annuler suite à un décès dans leur entourage. Officiant dans un style mélangeant rock et hard rock qui n’est pas sans rappeler The Runaways, dont elles ont justement repris le titre phare Cherry Bomb en final, Les Jades avaient de l’énergie à revendre et prouvent bien que le rock n’est pas mort en France contrairement à ce que les patrons de maison de disques veulent nous faire croire. Au contraire, il reste bien vivace et semble même de plus en plus se féminiser ! Elles défendaient ce samedi leur premier E.P. Misnakes sorti en Novembre avec une prestation solide bien qu’encore perfectible qui aura a réussi à bien chauffer le public par leur bonne humeur et leurs compositions originales  prometteuses.

 

Fate Gear

 

Formé en 2016 après le split de Destrose, Fate Gear est avant tout le projet de la guitariste Mina qui compose toutes les chansons. N’abandonnant pas tout à fait l’image de la piraterie de son ancien groupe, les autres membres sont considéré comme l’équipage du nouveau navire dont elle serait la capitaine. Il s’agit de la bassiste Erika, la claviériste Yuri et la batteuse Haruka. Si sur les albums, le groupe s’est entouré de plusieurs chanteuses invitées, pour cette première tournée européenne c’est la chanteuse Nana qui a été choisie pour chanter ici chacune des chansons.

Même si Fate Gear est avant tout là pour défendre leur dernier E.P. Headless Goddess composé de sept reprises de titres de Destrose réenregistrés avec de nouvelles paroles, ce n’est pas pour autant que les musiciennes ont oublié leur trois précédents albums dans la setlist. C’est cependant avec le titre eponyme qui ouvre l’E.P. que commencera la prestation des cinq filles habillées en héroïne de mangas Steam Punk avec une belle démonstration de growl de la part de la chanteuse Nana qui assure aussi ici la partie en chant claire de la chanson.

 

 

 

Les musiciennes de Fate Gear assurent vraiment le show avec un dynamisme incroyable. Le public sera régulièrement mis à contribution pour faire les chœurs de chaque chanson comme dans tout bon concert de Heavy Metal. L’influence d’Iron Maiden et Judas Priest est flagrante que ce soit dans les compositions comme dans la manière de jouer de la guitariste Mina et de la bassiste déjantée Erika digne héritière de Steve Harris capable de jouer au doigt avec une rapidité et une précision remarquable.

Les autres musiciennes ne sont pas non plus en reste dans l’impressionnante énergie qu’elle mettront à enchaîner les titres sans aucun temps morts. Probablement la plus « kawaii » de toutes la claviériste Yuri assure aussi toutes les deuxièmes voix et les chœurs en plus d’assurer les mélodies au clavier. On pourra juste trouver certains des sons de son synthé un peu cheap et détonnant avec les reste des compos. Bien que toute petite et menue, la batteuse Haruka impressionne derrière les fûts assurant breaks et double grosse caisse de manière impressionnante. Comme de véritables Idols, les filles de Fate Gear se donnent vraiment à fond avec une vraie mise en scène des chansons sur lesquelles elles nous offrent de temps en temps de véritables chorégraphies et assureront aussi une belle complicité avec le public.

 

Fate Gear

 

Pour une première tournée européenne, Fate Gear impressionne déjà. Il faut dire que les musiciennes ne sont pas des débutantes puisqu’elles officiaient déjà toutes dans d’autres groupes malgré leur jeune age. Considéré comme les fers de lance de la montée de groupes féminins de Heavy Metal au Japon, les cinq filles n’ont pas fait mentir cette réputation avec ce premier concert parisien mémorable. On a déjà hâte de les retrouver pour leur prochain album !

 

MON AVIS : 5/5

 

Fate Gear