Critique Ciné : EVEREST de Baltasar Kormakur

 

Everest

 

Lorsqu’en 1953 une première équipe a réussi l’incroyable challenge d’atteindre le sommet de l’Everest, ils avaient été considéré comme des héros. Cependant dans les années 90 se sont multipliés les organisateurs d’expédition promettant pour des sommes folles de vous faire aussi gravir le sommet. Devenu un véritable business, ces expéditions ont finis par ne plus se soucier autant de la sécurité ce qui a conduit à une grosse catastrophe en 1996. C’est cette histoire que raconte Everest, le nouveau film du réalisateur Islandais Baltasar Kormakur.

 

 

 

Alpiniste réputé Rob Hall a mené avec succès plusieurs dizaines de courageux escaladeurs au sommet de l’Everest. C’est donc en toute confiance qu’il repart une nouvelle fois avec une nouvelle équipe. Face aux grands nombres d’équipes, les conditions de montée deviennent encore plus compliquées et mettent en péril la sécurité. Alors qu’ils avaient réussi à atteindre le sommet, la descente va se transformer en véritable calvaire lorsqu’ils vont être pris dans une forte tempête.

Everest

Everest est l’adaptation d’une histoire vraie racontée dans le livre Tragédie à l’Everest du journaliste Jon Krakauer. L’homme est bien placé pour raconter ce drame car il faisait lui même parti de cette tragique expédition à laquelle il a eu la chance de survivre. C’est Baltasar Kormakur qui a été choisi pour porter cette histoire sur grand écran probablement parce qu’il avait déjà réalisé un film de survie extrême. Son nom n’est pas encore très connu bien qu’on lui doit les polars 2 Guns et Contrebande avec Mark Wahlberg.

Assez maladroit dans sa construction, on comprend assez vite que l’histoire ne vas pas bien s’achever tant les scénaristes ont chargé en pathos certains personnages. Des couches et des couches de guimauve pour donner un peu d’épaisseur aux protagonistes. Un futur papa, un homme dont le couple bat de l’aile, un et un facteur un peu simplet. Le film perd tellement le temps à dépeindre ces caractères qu’on finirait presque par s’ennuyer avant que débute cette ascension périlleuse.

Everest

Fort heureusement les scènes en montagne compensent en partie ce pathos. On aura vraiment l’impression d’être au milieu de cette expédition plus grâce au travail sur le son que les images en elle même. Le film a beau avoir réellement été tourné en montagne et non pas en studio, les images ne sont jamais vertigineuses malgré une projection en 3D. La réalisation de Baltasar Kormakur manque clairement de virevoltes. Il faudra attendre les images de la tempête pour enfin frissonner devant le drame.

Everest profite d’une distribution pleine de talents. Jason Clarke vu récemment dans Terminator Genisys joue le personnage principal Rob Hall, Jake Gyllenhaal est un alpiniste un peu trop cool, Josh Brolin un client de l’expédition et Sam Worthington a lui un tout petit rôle d’alpiniste. Les femmes devront se contenter de rôles très secondaires pour accentuer le pathos. Dommage de traiter Keira Knightley, Robin Wright, Emily Watson et Elizabeth Debicki de la sorte . Le gros problème du film, c’est qu’avec le bonnet les lunettes et tout l’équipement en plus de la neige, on a bien souvent du mal à reconnaître ou à apprécier leurs prestations.

Everest

 

MON AVIS :

 2/5 

Si on attendait pas grand chose de ce Everest, on pouvait au moins espérer du grand spectacle et de l’émotion. Malheureusement le réalisateur Baltasar Kormakur n’était pas à la hauteur pour porter cette histoire vraie sur le grand écran. Jamais on ne ressentira le réel danger de cette escalade alors que l’équipe n’a pourtant pas ménager ces efforts pour tourner sur de véritables montagnes à des altitudes déjà difficiles. On ne peut même pas juger vraiment de la qualité de la prestation des acteurs derrière leurs lunettes et bonnets. C’est à se demander à quoi ont pensé les responsables de ce film dont on retiendra surtout les scènes de tempêtes. En gros une demi heure d’intérêt sur plus de deux heures de film c’est un peu maigre.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Baltasar Kormakur
  • AVEC : Jason Clarke, Jake Gyllenhaal, Josh Brolin & Keira Knightley
  • SCÉNARISTES : Simon Beaufroy & William Nicholson
  • MUSIQUE : Dario Marianelli
  • GENRE : Aventure, Drame, Biopic
  • DURÉE : 2h02
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures International France
  • SITE OFFICIEL : http://www.everest-lefilm.com/
  • DATE DE SORTIE : 23 septembre 2015

 

 

A LIRE AUSSI :

  • dominique

    un peu dure cette critique, j ai passé un bon moment alors que je n attendais pas grand chose de ce film. un bon film catastrophe, tirée d une histoire vraie.