Critique Ciné : WHITE BIRD de Gregg Araki

CritiqueCiné2014

 White Bird

Après le thriller sur fond d’apocalypse Kaboom et la comédie déjantée Smiley Face, Gregg Araki semble vouloir renouer avec une histoire plus dramatique à la Mysterious Skin avec White Bird. Pour ce nouveau long métrage, Gregg Araki est allé chercher deux des actrices les plus surbookées de l’année Shaylene Woodley et Eva Green qui lui apporteront peut être un plus large public que ses fans réguliers.

 

 

En rentrant un jour du lycée, Kat Connors apprend que sa mère a disparue. Sur le coup, elle ne semble pas vraiment affectée de cette disparition car elle l’a vue devenir de plus en plus perdre pied dans son rôle de femme au foyer parfaite. Les années passant, n’ayant toujours pas de nouvelles d’elle, Kat fini tout de même par se poser des questions sur cette disparition…

Gregg Araki s’approprie complètement le roman White Bird In A Blizzard de Laura Kasichke en le plongeant dans son univers coloré et musical. Un retour à la fin des années 80 / début  des années 90 un brin nostalgique pour un drame couplé à un thriller. Tout ceux qui sont familier des précédentes oeuvres du réalisateur reconnaîtront immédiatement sa touche même si par son sujet, White Bird semble un peu plus académique que d’habitude.

 White Bird

La première partie de White Bird qui se déroule durant le printemps et l’hiver de l’année 88 nous raconte la disparition de la mère de Kat et les mois qui ont suivis. Une chronique de la vie dans une banlieue américaine typique inspiré par American Beauty qui installe progressivement l’intrigue. Gregg Araki y met tout ce qui a fait son succès, des répliques mémorables, des personnages haut en couleur, du sexe et une bande originale new wave excellente.

Dans sa seconde partie, qui se déroule trois ans plus tard, le ton change et le film tourne au thriller alors que Kat désormais à l’université est  de retour chez elle pour les vacances. Les souvenirs se réveillent et l’envie de percer le mystère de la disparition de sa mère lui semble désormais nécessaire. Il y a malheureusement tellement d’indice qu’on comprend trop vite ce qu’il s’est passé bien avant elle. Reste cependant une superbe révélation surprise dans la lignée de celles que Gregg Araki à l’habitude de faire signant ainsi son film.

White Bird

En tant que fan de Mysterious Skin, Shaylene Woodley joue complètement le jeu de l’héroïne « Arakienne » avec un look new wave / gothique qui lui va vraiment bien et n’hésitera pas à se mettre nue quitte à surprendre les fans de Divergente et de Nos Etoiles Contraires. Dommage qu’on ne donne pas autant de chance à ce films qu’aux autres long métrages dans lequel on a pu voir l’actrice car ces probablement à ce jour son meilleur rôle. Une actrice à surveiller de près qui va prochainement finir par piquer la place de Jennifer Lawrence.

Le réalisateur n’a que très rarement donné des rôles principaux à des femmes et pourtant ce sont bien ici deux femmes qui tirent la couverture. Dans le rôle de la mêre, Eva Green donne une prestation sans failles dévoilant de nouvelles facettes de son jeu. Très lunatique, son personnage passe par différentes émotions qui nous la montre de femme au foyer impeccable à complètement folle. On pense beaucoup à son rôle dans Dark Shadows en la voyant ainsi.

 

White Bird

MON AVIS

4/5

Impossible de ne pas reconnaître la patte de Gregg Araki dans White Bird tant ce film en reprend absolument tous les codes. Si le réalisateur n’a rien perdu de son talent, il est cependant desservi par une intrigue trop évidente. Heureusement les prestations épatantes de Shailene Woodley et Eva Green sauvent tout de même cette histoire qui saura nous intriguer dans sa première partie. Comparé à Doom Generation ou Mysterious Skin, ce White Bird est loin d’être le meilleur film de Gregg Araki mais reste tout de même incontournable pour tous ses fans.

 

FICHE TECHNIQUE

  •  – TITRE ORIGINAL : WHITE BIRD IN A BLIZZARD
  •  – REALISATEUR : Gregg Araki
  •  – AVEC : Shailene Woodley, Eva Green & Christopher Meloni
  •  – SCENARISTE : Gregg Araki
  •  – GENRE : Drame, Thriller
  •  – DUREE : 1h31
  •  – MUSIQUE : Robin Guthrie & Harold Budd
  •  – SITE OFFICIELhttp://www.magpictures.com/whitebirdinablizzard/
  •  – DATE DE SORTIE : 15 Octobre 2014

 A LIRE AUSSI