Critique Séries TV : JESSICA JONES, SAISON UN de Melissa Rosenberg


 

Jessica Jones

 

Après Daredevil au mois d’avril, Jessica Jones la seconde des cinq séries développées en partenariat entre les Studios Marvel et Netflix arrive en ce mois de novembre pour une première saison. Un projet qui se démarque complètement de tout ce qu’on a pu voir jusqu’à aujourd’hui dans le Cinematic Universe à découvrir d’urgence.

Jessica Jones n’a jamais caché ses pouvoirs spéciaux mais au lieu d’endosser un costume de super héros comme les Avengers, elle a choisi d’ouvrir une agence de détective privée. Sa dernière enquête va la replonger dans un passé tragique dont elle se pensait définitivement débarrassée…

Alors que les Studios Marvel tardent encore à donner à ses super héroïnes un film en solo, Jessica Jones est la deuxième femme à avoir le droit à une série télé après l’Agent Carter. C’est à la scénariste Melissa Rosenberg qu’a été confié l’adaptation de la bande dessinée Alias qui raconte comment l’ex-super héroïne est devenue agent secret. Un choix plutôt judicieux bien que risqué car le parcours de la scénariste comprend la série DC Comics Les Anges De La Nuit comme les scénarios des films 2 à 5 de la saga Twilight.ainsi que nombreux épisodes de Dexter.

Jessica Jones

La série Jessica Jones se déroule elle aussi dans le quartier de Hell’s Kitchen peu de temps après les événements du premier film Avengers et de la première saison de Daredevil. Elle s’inscrit donc aussi dans la phase 2 du Cinematic Universe et dans les plans de Netflix qui compte produire des séries dédiés à quatre super héros Marvel avant de les réunir dans la série The Defenders qui pourraient rejoindre par la suite la deuxième partie du film Avengers : Infinity Wars.

Le rôle de Jessica Jones a été donné à Krysten Ritter, une actrice à la carrière déjà bien étoffée mais que l’on a surtout vu jusque là dans des seconds rôles. Elle était notamment dans Big Eyes, le dernier Tim Burton où elle jouait la meilleure amie de Margaret Keane ainsi que dans la série Don’t Trust The B In The Apartment 23. D’habitude plutôt habituée aux rôles sexy, elle est ici très masculine avec une tenue jean + débardeur lui venant de l’adolescence et qu’elle ne quitte que très rarement.

Le scénario de la série s’éloigne des habituelles histoires de super héros pour se rapprocher du polar. Il y a très peu d’effets spéciaux et la série enchaîne plus de scènes de dialogues et d’investigation que les scènes d’action. D’ailleurs on a parfois des doutes sur les capacités spéciales de Jessica Jones qui pour une super héroïne a tendance à se faire souvent maltraité par ses adversaires pourtant sans pouvoir. Contrairement à ceux de Daredevil, ces combats sont d’ailleurs très mal chorégraphiés.

Jessica Jones

Les premiers épisodes semblent clairement destiné à nous présenter le personnage de Luke Cage, joué par Mike Colter (The Good Wife), qui sera le prochain héros Marvel à avoir sa propre série sur Netflix. Il faudra attendre le cinquième épisode pour que l’intrigue prenne de l’ampleur avec les premières scènes de Killgrave, le grand méchant de cette première saison incarné brillamment par David Tennant, second ex-Dr Who à jouer les méchants dans le M.C.U. On surveillera alors avec impatience toute scène avec ce grand malade capable de manipuler l’esprit de n’importe qui et lui faire faire les pires choses imaginables.

Autre star à l’affiche de la série, Carrie-Anne Moss, célèbre pour son rôle dans la trilogie Matrix, incarne Jeri Hogarth une avocate pas très honnête qui a un second rôle assez important dans la série. Il y aussi de très belles actrices encore peu connues comme Rachael Taylor (666 Park Avenue) joue Trish Walker, meilleure amie de Jessica Jones et star d’une émission radio. Erin Moriarty, victime malheureuse de Killgrave que Jessica cherche à sauver et Susie Abromeit, amante de l’avocate. Eka Darville vu dans Empire incarne le sympathique voisin de Jessica et Will Traval joue Will Simpson un flic manipulé par Killgrave porteur de lourds secrets.

Jessica Jones

 

MON AVIS :

 4/5 

Véritable pendant au féminin de la série Daredevil, Jessica Jones s’oriente plus vers le thriller psychologique que la série d’action. Moins de combat mais plus de suspense et de révélations tordues qui méritent de s’accrocher un peu pendant les quatre premiers épisodes pour permettre à la série de décoller. Le casting est impeccable avec une Krysten Ritter qui trouve ici son plus grand rôle et un David Tennant terrifiant dans son premier rôle de méchant.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • SHOWRUNNER : Melissa Rosenberg
  • AVEC : Krysten Ritter, David Tennant, Rachael Taylor & Mike Colter
  • GENRE : Polar
  • DURÉE : 13 x 42 minutes
  • NATIONALITÉ : Américaine
  • DIFFUSEUR : Netflix
  • SITE OFFICIEL : https://www.netflix.com/JessicaJones
  • DATE DE SORTIE : 20 novembre 2015

 

 

A LIRE AUSSI :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *