MARVEL’S LUKE CAGE de Cheo Hodari Coker [Critique Série TV]

 

Marvel's Luke Cage

 

Après Daredevil et Jessica Jones, Luke Cage est le troisième super héros Marvel à avoir le droit à sa propre série développée en exclusivité pour Netflix. Passé la déception de la seconde saison de Daredevil, le Marvel Cinematic Universe redressera t’il la barre avec cette nouvelle série ?

 

 

SYNOPSIS : Après sa confrontation avec Killgrave et la déception causée par Jessica Jones, Luke Cage décide de quitter Hell’s Kitchen pour s’installer à Harlem. Souhaitant se faire discret, il travaille désormais dans un barber’s shop mais il va se retrouver malgré lui au milieu d’un trafic d’armes qui a mal tourné. Bien décidé de se venger du mafieux local Cornell « Cottonmouth » Stokes, Luke Cage va sortir de l’ombre et se montrer comme le nouveau héros de Harlem.

 

Créé en 1972 par Archie Goodwin et John Romita Sr., Luke Cage a été inspirée par la vague de la Blackploitation en vogue à ce moment là au cinéma. Il fut le premier super héros noir a avoir eu le droit à sa propre série de comic book chez Marvel et désormais aussi le premier à avoir le droit à sa propre série télé. Les abonnés à Netflix ont pu déjà faire sa connaissance dans la série Jessica Jones où il jouait un rôle important mais avec sa nouvelle série c’est l’occasion de poursuivre son histoire tout en nous révélant son passé.

 

Marvel's Luke Cage

 

Pour coller aux origines du héros le showrunner Cheo Hodaric Coker, scénariste du film Notorious B.I.G. et des séries Rey Donovan et Southland, s’est lui aussi clairement inspiré de la blackploitation pour l’ambiance de la série. Avec ces musiques Funk, R’N’B et rap et son ambiance plus proche du polar que du film de super héros, Luke Cage à des allures de nouveau Shaft. Mais on peut retrouver regrettable que le showrunner préfère réutiliser tous les clichés du black movie plutôt que de profiter de l’opportunité de se voir proposer une série complète sur un héros noir pour tenter de briser les codes.

Les séries Marvel sur Netflix s’inscrivent normalement dans le Cinematic Universe développé depuis 2008 avec Iron Man mais curieusement toutes ces histoires restent bloquées aux événements du premier film Avengers auquel il est à nouveau fait référence dans Luke Cage. Tous les importants événements qui se sont déroulés depuis ne semblent avoir d’impact sur les séries alors que les Avengers ont pourtant été bien mis à mal dans Captain America : Civil War. On s’attend tellement à ce que ces séries atteignent le même niveau d’exception que l’on ait à chaque fois déçu par le manque d’ambition de Netflix qui nous a déjà offert une seconde saison de Daredevil très ennuyeuse et qui récidive encore avec Luke Cage.

 

Marvel's Luke Cage

 

Même si il a eu sa propre série de comic book, c’est à se demander si Luke Cage est vraiment digne d’être un personnage principal. Trop discret et jamais drôle il en impose par sa carrure mais on ne s’y attache pas. De plus il manque clairement un ennemi à la hauteur d’un Wilson Fisk ou d’un Killgrave pour rendre la série captivante. Alors qu’on nous présente le mafieux Cotton Mouth qu’on prend pour le grand méchant de l’histoire celui ci se fait éclipser en cours de saison par Diamondback qui doit utiliser une machine pour égaler la force de Luke Cage. Alors qu’on espérait que la conclusion de la saison nous offre enfin un moment d’apothéose, leur affrontement final est juste ridicule.

Mike Colter reprend son rôle de Luke Cage qu’il tenait déjà dans Jessica Jones. Ce n’est pas sa prestation qui est mauvaise mais juste le personnage qui manque d’intéret. Dans le rôle de Cottonmouth, Mahershala Ali était très convaincant, la décision de le faire disparaître en mi-saison est inexplicable d’autant plus que Erik Laray Harvey arrive trop tard dans le rôle de Diamondback pour gagner en intensité. Au final celle qui tire le mieux son épingle du jeu est Alfre Woodard dans le rôle de Mariah Dillard dont le rôle pourrait cependant gagner en noirceur dans une éventuelle seconde saison. Il manque aussi à Luke Cage des acolytes de taille car Simone Missick qui joue la policière Misty Knight et Rosario Dawson qui reprend encore son rôle de Claire Temple manquent clairement d’épaisseur.

 

Marvel's Luke Cage

 

Loin de la qualité explosive des films du Marvel’s Cinematic Universe, Luke Cage traîne le même rythme très lent des précédentes séries Marvel pour Netflix et ne décollera qu’à de trop rares occasions. Face à un colosse tel que Luke Cage, les mafieux de Harlem ne font clairement pas le poids pour être des méchants captivants. Résultat, on s’ennuie ferme durant ces treize épisodes qui manquent cruellement d’humour, d’énergie et de suspense et qui n’arrive même pas à nous offrir un final accrocheur. Nul doute que Luke Cage aura plus sa place caché au sein des Defenders qu’en héros solo, encore faudra-t’il leur trouver un ennemi à la hauteur.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • SHOWRUNNER : Cheo Hodari Coker
  • AVEC : Mike Colter, Mahershala Ali, Alfre Woodard et Eric LaRay Harvey
  • COMPOSITEUR : Ali Shaheed Muhammad & Adrian Younge
  • GENRE : Polar, Super Héros, Science Fiction
  • DURÉE : 13 x 42 minutes
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DIFFUSEUR : Netflix
  • SITE OFFICIELhttps://www.netflix.com/title/80002537
  • DATE DE DIFFUSION : 30 septembre 2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *