ALICE SWEET ALICE de Alfred Sole [Critique Blu-Ray]

ALICE SWEET ALICE de Alfred Sole [Critique Blu-Ray]

Alice Sweet Alice - Copyright Harristown Funding

Le slasher culte des années 70 Alice Sweet Alice sort pour la première fois en combo Blu-Ray+DVD Chez Rimini Edition.

En vacances depuis la sortie début juin du film Les Traqués De L’An 2000, la collection de films d’angoisse de Rimini Editions est de retour en cette fin du mois de septembre avec le long métrage horrifique Alice, Sweet Alice. Slasher culte des années 70, cette œuvre particulièrement dérangeante du réalisateur Alfred Sole vient de sortir pour la première fois en combo Blu-Ray + DVD dans un très beau digipack le 23 septembre 2022 dans toutes les bonnes boutiques.

Alice, Sweet Alice démarre sur une tragédie, la mort de la jeune Karen au moment où elle allait passer sa communion par un tueur en cirée jaune portant un masque. Rapidement les soupçons se portent sur sa sœur Alice dont l’état psychiatrique a été jugé plus qu’inquiétant. Mais une fillette de douze ans serait elle vraiment capable de s’en prendre à sa propre sœur de manière aussi brutale ?

Alice Sweet Alice - Copyright Harristown Funding

Sorti aux Etats Unis en novembre 1976, un mois avant Terreur Sur La Ville, Alice Sweet Alice est donc l’un des tous premiers Slasher horrifique de l’histoire du cinéma après White Christmas. Connu aussi sous le titre de Communion, Holy Terror, The Mask Murders ou bien encore Communion Sanglante lors de sa première sortie en France, il s’agit là du deuxième film d’Alfred Sole décédé en début d’année à l’âge de 92 ans qui était plus connu en tant que chef décorateur que pour sa courte carrière de réalisateur qui s’est arrêté en 1984. Il est également le scénariste de cette histoire originale avec Rosemary Ritvo.

Alice, Sweet Alice commence par une sorte de rivalité entre deux sœurs que l’on pourrait presque croire jumelles. Un peu plus jolie, Karen est aussi la plus sage. C’est pourquoi elle est le souffre douleur de sa sœur Alice qui ne cesse de l’embêter. Ce petit ange est incarné par Brooke Shield dans son tout premier rôle à l’écran tandis que sa diablesse de sœur est incarnée par la moins connue Paula Sheppard dont la carrière s’est arrêtée en 1982. Agée alors de 19 ans pour jouer une gamine de 12 ans, le choix de cette actrice pour le rôle d’Alice  mettra le spectateur sur une fausse piste. Sa voix et ses expressions très matures nous laisseront en effet croire qu’Alice, Sweet Alice aurait pu être une inspiration pour le film Esther (Orphan) mais cela n’est en fait pas du tout le cas. Au lieu de cela, c’est une intrigue au dénouement très éloigné de ce à quoi nous nous attendions que nous découvrirons. Bien que surprenante, on ne pourra s’empêcher d’être un peu déçu par le twist du film. Mais n’est-ce pas le cas d’une majorité des slashers dont la révélation finale nous laisse souvent sur notre faim ?

Alice Sweet Alice - Copyright Harristown Funding

Alice, Sweet Alice aura cependant largement de quoi satisfaire les véritables amateurs de films d’horreur. Il s’inscrit en effet dans cette lignée de long métrages horrifiques qui n’avaient peur de rien tels que La Dernière Maison Sur La Gauche de Wes Craven sorti un an avant et Massacre à La Tronçonneuse de Tobe Hooper sorti l’année suivante.  L’ambiance de ce film est en effet rapidement très malsaine. Tout d’abord par le meurtre d’une jeune enfant que l’on oserait certainement plus mettre en scène de la sorte aujourd’hui mais aussi par la pédophilie de nombreux de ses personnages qui mettra très mal à l’aise que ce soit le voisin vraiment dégueulasse comme un policier chargé de faire passer un test de vérité à la jeune Alice et qui fantasmera sur ses tétons. Il faut dire que dans sa folie, la jeune fille ne semble pas avoir peur des hommes et s’amuse même régulièrement à aguicher son libidineux proprio. A part peut être dans une production indépendante underground, on ne verra clairement plus des choses comme cela dans un film d’horreur aujourd’hui.

Alice, Sweet Alice fait aussi penser parfois au Rocky Horror Picture Show de Jim Sharman sorti la même année. Tout d’abord dans son image et ses couleurs très proches mais aussi de manière involontaire par la façon de jouer de leurs comédiens. Mais si l’aspect surjoué était voulu dans la célèbre comédie musicale qui parodiait les films de la Hammer et de RKO, il ne semble vraiment pas volontaire dans Alice, Sweet Alice. Certains acteurs auront en effet bien du mal à paraître crédibles dans les scènes d’effroi du long métrage et les rendront tout coup assez grotesques. Heureusement cela n’enlèvera rien au charme retro d’Alice, Sweet Alice. D’autres scènes atroces réussiront en effet bien plus leur effet et le sang très rouge rappellera les gialli de Dario Argento ou bien aussi les film de la Hammer. Le réalisateur Alfred Sole semblait vraiment prometteur dans sa manière de cadrer, nous offrant par moment des plans vraiment sublimes qui laissent à penser qu’il aurait pu finir par devenir un grand réalisateur s’il ne s’était pas fourvoyé avec ses projets suivants.

Alice Sweet Alice - Copyright Harristown Funding

Précurseur dans le genre Alice, Sweet Alice mérite réellement d’être découvert pour son incroyable audace.  Une histoire particulièrement dérangeante qui même si elle ne tient pas toutes ses promesses arrivera à nous subjuguer et à nous dégouter à la fois.  Le film porte une patte très seventies dans ses couleurs et sa manière de jouer qui ne peut que satisfaire pleinement les fans d’horreur.

MON AVIS :
4/5

Alice Sweet Alice - Copyright Harristown Funding

LE BLU-RAY :  Poursuivant son excellent travail de sauvetage de films rares, Rimini Editions nous offre encore ici un très beau master haute définition pour Alice, Sweet Alice. Les couleurs du film sont resplendissantes et aucun détail ne pourra vous manquer dans ces images restaurés. A moins d’avoir vu le film en copie neuve à sa sortie, vous ne l’aurez certainement jamais vu avec cette qualité d’image. En bonus, le combo Blu-Ray + DVD contient un entretien avec Gilles Gressard et un livret de 20 pages tous les deux riches en information sur le film et son équipe.

Alice Sweet Alice - Copyright Harristown Funding

A Lire Aussi

La Peau Sur Les Os

LA PEAU SUR LES OS de Tom Holland [Critique Blu-Ray]

L’adaptation méconnue du roman La Peau Sur Les Os de Stephen King sort pour la première fois en Blu-Ray et DVD en France chez Rimini Editions.

La Chaîne

LA CHAÎNE de Stanley Kramer [Critique Blu-Ray]

Film culte de Stanley Kramer, La Chaîne sort pour la première fois en Blu-Ray le 8 novembre chez l’éditeur L’Atelier D’Images.

Nous Sommes Tous Des Voleurs

NOUS SOMMES TOUS DES VOLEURS de Robert Altman [Critique Blu-Ray]

Film méconnu de Robert Altman, Nous Sommes Tous Des Voleurs sort pour la première fois en Blu-Ray chez L’Atelier D’Images le 8 novembre.

Cérémonie Mortelle

CÉRÉMONIE MORTELLE de Howard Avedis [Critique Blu-Ray]

Pour Halloween (re)découvrez le slasher des années 80 Cérémonie Mortelle à l’occasion de sa sortie en Combo Blu-Ray et DVD chez Rimini Editions.

Hamlet

HAMLET de Laurence Olivier [Critique Blu-Ray]

L’adaptation d’Hamlet de William Shakespeare par Laurence Olivier est édité pour la première fois en Blu-Ray dans une luxueuse édition chez Rimini Editions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.