LE CAS RICHARD JEWELL de Clint Eastwood [Critique Ciné]

 

Le Cas Richard Jewell

 

Clint Eastwood renoue avec ses héros américains avec Le Cas Richard Jewell pour le meilleur hommage que l’on pouvait rendre à cet héros trop vite oublié.

 

 

SYNOPSIS : Toute sa vie, Richard Jewell a voulu être un représentant de l’ordre mais ces nombreux excès de zèle l’ont conduit à n’être plus qu’un simple agent de sécurité lors des Jeux Olympiques d’Atlanta. Il deviendra malgré tout un véritable héros américain en signalant la bombe du Centennial Park avant de perdre tout honneur en devenant le principal suspect de cet attentat pour le F. B. I.



A chacun des nouveaux films de Clint Eastwood, on se dit que ce sera peut- être le dernier. En se donnant le rôle principal de son précédent film La Mule en plus de le réaliser, il y avait de quoi croire qu’il allait désormais prendre une retraite bien méritée. Et pourtant à maintenant 89 ans, le voici encore de retour avec Le Cas Richard Jewell qui lui permet de poursuivre sa célébration des héros américains de notre époque après 15h17 Pour Paris, Sully et American Sniper. L’occasion ici de laver l’honneur de cet agent de sécurité qui n’a pu profiter de son statut héroïque uniqement pendant l’espace de trois jours avant d’être traîné dans la boue par les média et le FBI.

 

Le Cas Richard Jewell



On a tous en mémoire l’attentat qui a ensanglanté les Jeux Olympiques d’Atlanta mais l’histoire de Richard Jewell nous était depuis totalement sortie de la tête ou nous n’en avons peut être même jamais entendu parler. Si la bande annonce laisse planer le doute sur la culpabilité de Richard Jewell, le film ne cherche pas vraiment à jouer sur la carte du suspense. D’emblée on découvre un homme visiblement gentil, serviable et un peu trop zélé dans son travail même lorsqu’il est obligé pour vivre de travailler comme employé aux fournitures dans un cabinet d’avocat. C’est ici qu’il fera connaissance de Watson Bryant avec qui il finira par créer un lien avant de changer de travail sans se douter alors qu’il aura grand besoin un jour de ses services.

En plus de réhabiliter cet homme et rendre hommage à son sens du devoir, cette histoire vraie donne l’occasion à Clint Eastwood de faire un film politique qui dénonce la manière dont le système peut facilement broyer un homme et son entourage. Il s’attaque en premier aux Fake News relayées déjà a l’époque par les médias, avant même l’essor de l’info en continu, qui traquait déjà cet homme a l’affût de la moindre info pour faire la Une alors qu’il n’était même pas inculpé. Il frappe aussi fort sur le FBI qui a perdu tant de temps à chercher les preuves sur ce coupable trop évident alors que rien de concret ne semblait pouvoir l’inculper, soulignant leur incapacité et leur corruption.

 

Le Cas Richard Jewell

 

Alors que Le Cas Richard Jewell était auparavant dans les mains de Jonah Hill qui devait jouait le héros et de Leonardo DiCaprio qui devait jouer son avocat, c’est finalement Paul Walter Hauser qui a été choisi par Clint Eastwood lorsqu’il a repris le projet pour incarner Richard Jewell. Un choix plus que judicieux car ce comédien bien moins connu n’est du coup jugé que son excellente performance injustement oubliée aux Oscars. Il arrive à faire transparaître très facilement tout le caractère de ce personnage foncièrement gentil et serviable qui tient à garder sa confiance pour ses collègues des forces de l’ordre malgré tout ce qu’ils lui font subir en gardant un calme incroyable durant toute cette épreuve.

C’est un sans faute aussi du coté des rôles secondaires avec un Sam Rockwell fidèle à lui-même dans le rôle de l’avocat hors normes Watson Bryant. Seule nommée aux Oscar, Kathy Bates n’aura aucun mal à nous faire lâcher une larme dans le rôle de la mère de Richard totalement désemparée par ces événements. Personnage inventé pour le film, John Hamm représente brillamment tous les agents du F.B.I. incompétents totalement exaspérants par leur certitudes. Olivia Wilde incarne le portrait parfait de la journaliste que l’on pourrait qualifier de « fouille-merde » pour avoir déclencher cette tempête médiatique en usant de ses charmes et sans se soucier des désastreuses conséquences de son article juste pour faire la Une.

 

Le Cas Richard Jewell

 
Oubliez le désastreux 15h17 pour Paris car avec Le Cas Richard Jewell renoue avec la réussite de Sully. A croire que comme le bon vin, Clint Eastwood s’améliore en prenant de l’âge. A Désormais, quatre-vingt neuf ans il n’a rien perdu de son talent et rend le plus bel hommage possible à Richard Jewell avec ce film qui mettra en lumière un héroïsme que l’on a trop vite oublié.

 

MON AVIS : 4/5 (Excellent)

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Richard Jewell
  • RÉALISATEUR : Clint Eastwood
  • AVEC : Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates, John Hamm & Olivia Wilde
  • SCÉNARISTES : Billy Ray d’après l’article de Marie Brenner et les livres de Kent Alexander & Kevin Salwen
  • COMPOSITEUR : Arturo Sandoval
  • GENRE : Drame, Biopic
  • DURÉE : 2h09
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Warner Bros France
  • SITE OFFICIEL : https://www.warnerbros.com/movies/richard-jewell
  • DATE DE SORTIE : 19 février 2020