OPETH – L’OLYMPIA, PARIS – 11 NOVEMBRE 2019 [Chronique Concert]

 

Opeth - L'Olympia - Paris - 11 novembre 2019

 

Opeth a choisi la mythique scène de L’Olympia pour venir défendre à Paris leur nouvel album In Cauda Venenum ce lundi 11 novembre 2019.

 

 

Depuis des années, Opeth cherche à jouer dans les salles les plus mythiques du monde entier. Longtemps fidèle au Bataclan avant les attentats et après avoir joué deux fois au Trianon, c’est cette fois ci à l’Olympia qu’ils reviennent à Paris dans le cadre de leur traditionnelle tournée européenne d’automne. L’occasion de venir défendre sur scène leur nouvel album tout en suédois In Cauda Venenum. Ils sont accompagnés pour cette série de concerts par le trio islandais The Vintage Caravan.

 

 

 – THE VINTAGE CARAVAN –

 

Opeth - L'Olympia - Paris - 11 novembre 2019

 

C’est à 20h que The Vintage Caravan est monté sur scène pour chauffer le public. Sans connaître le groupe, on se doute rien qu’à son nom qu’il doit s’agir d’un groupe de Stoner Rock inspiré des années 70. Leur look est les premières notes nous donneront effectivement raison. Sans chercher à faire dans l’originalité, le trio composé d’un chanteur guitariste, d’un bassiste et d’un batteur assureront d’emblée le show et fera déjà secouer le sol  de la curieuse fosse sur ressort de l’Olympia rien qu’au rythme des mouvements de têtes des spectateurs dès le deuxième titre. Leur set d’une quarantaine de minutes alternera chansons rythmées et morceaux plus lents avec dans chacun d’entre eux de véritables morceaux de bravoure musical. Une bonne entrée en matière pour le show qui va suivre.

 

 

 – OPETH –

 

Opeth - L'Olympia - Paris - 11 novembre 2019

 

A 21h00 c’est au tour d’Opeth d’enfin monter sur scène sur l’introduction du dernier album In Cauda Venenum. Ils enchaîneront avec le deuxième titre issu de l’album Svekets Prins que Mikael Akerfeldt a choisi d’interpréter en suédois. Car si le dernier album est aussi disponible en anglais, il estime que c’est la version dans sa langue natale qu’il faut préférer. Apres un saut dans le temps avec le titre The Leper Affinity extrait de Blackwater Park, Opeth reviendra a son dernier album en jouant l’épique Hjärtat Vet Vad Hansen Göt de dix sept minutes. Ce n’est qu’après cette chanson que le chanteur saluera enfin le public parisien avant de nous expliquer toujours avec l’humour qui le caractérise pourquoi il a choisi de porter un chapeau sur cette tournoi qui le fait presque passé pour un Amish.

 

Opeth - L'Olympia - Paris - 11 novembre 2019

 

Il est temps maintenant de visiter les autres albums avec tout d’abord le titre Reverie / Harlequin Forest issu de Ghost Reveries. Profitant d’être en France pour exprimer une fois plus son adoration du groupe français Magma, Mikael Akerfeldt dit vouloir tester notre patience avec la prochaine chanson. Il s’agit du titre Nepenthe issu de l’album Heritage qui serait directement inspiré par la musique du groupe. C’est avec le long titre bien complexe Moon Above, Sun Below issu de Pale Communion que se poursuit le concert. Les suédois calmeront un peu le jeu avec la ballade Hope Leaves issu de l’album Damnation avant de repartir de plus belle avec The Lotus Eater l’un de leurs titres les plus rapides qui ouvrait l’album Watershed. Avant de conclure le show, Opeth reviendra à nouveau sur leur dernier album avec Allting Tar Slut le titre qui clôture justement l’album. Revenant pour un rappel, Opeth rajoute à sa setlist le titre Sorceress avec son intro groovy avant de terminer pour de bon avec le grand classique Deliverance.

 

Opeth - L'Olympia - Paris - 11 novembre 2019

 

C’est probablement ce soir la plus belle scène qu‘Opeth nous a offert depuis leurs débuts. Loin d’être des Amish ils profitent des dernières technologies pour proposer cette fois-ci bien plus d’écrans sur scène couplés à de magnifiques éclairages. On sera plongé totalement dans des décors de forets ou dans des virées spatiales digne de 2001 l’Odyssée de l’Espace qui donneront parfois l’impression que la scène bouge. Toujours au top de leur forme, les musiciens assurent le show en interprétant à la perfection toutes les chansons comme elles ont étés enregistrés à l’origine et sans l’aide de bande playback. Même lorsque Mikael Akerfeldt nous dit regretter d’avoir mis Moon above, Sun Below sur la playlist car elle est dure à jouer et à chanter c’est à nouveau un sans fautes. Et encore même lorsque dans leur earplug les musiciens entendront subitement quelqu’un en train de parler en Français, cela ne les déstabilisera qu’à peine.

 

Opeth - L'Olympia - Paris - 11 novembre 2019

 

Le seul regret que l’on pourra avoir c’est leur immobilisme sur scène. Il faudra en effet la dernière chanson du rappel pour que le bassiste Martin Mendez pourtant adulé des fans quitte enfin le fond de la scène où il était souvent peu éclairé pour venir nous en mettre plein la vue avec son jeu sur Deliverance. Après nous avoir habitué à des show de trois heures, on pourra trouver ce concert un peu court même si le groupe se donne à fond et ne pourra plus contenter tout le monde avec treize albums au compteur. Zappant leur quatre premiers albums, Opeth n’a oublié aucun de ces autres disques mais quelques chansons de plus issus In Cauda Venenum auraient étés appréciées.

 

 

 

Encore une fois Opeth ne déçoit pas avec ce premier concert à l’Olympia. Ils assurent toujours autant le show que ce soit au niveau musical que visuel avec une scène plus belle que jamais. Si il manque forcement quelques classiques, cette setlist qui sort des sentiers battus étaient un vrai plaisir à découvrir. On attend maintenant de les revoir au plus vite pour entendre encore plus de titres du dernier album.

 

MON AVIS : 5/5

 

SETLIST :

  • Livets Trädgård
  • Svekets Prins
  • The Leper Affinity
  • Hjärtat Vet Vad Handen Gör
  • Reverie / Harlequin Forest
  • Nepenthe
  • Moon Above, Sun Below
  • Hope Leaves
  • The Lotus Eater
  • Allting Tar Slut

Rappel :

  • Sorceress
  • Deliverance