PENINSULA de Yeon Sang-Ho [Critique Ciné]

 

Peninsula

 

Figurant dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2020, Peninsula la suite de Dernier Train Pour Busan aurait-il mérité la Palme d’Or ?

 

SYNOPSIS : Ayant réussi à s’échapper de Corée du Sud à bord du dernier bateau, l’ancien militaire Han Jung-Suk mène une vie de paria depuis quatre ans à Hong Kong avec son beau-frère. Alors que toute la Péninsule coréenne a été laissée abandonnée de toute la communauté internationale à la proie des zombies, ils vont se voir proposer d’y retourner pour aller chercher un camion contenant 20 millions de dollars. Une occasion en or de pouvoir changer de vie mais entre les hordes de morts vivants et les derniers survivants de ce chaos, cette mission s’annonce loin d’être aussi simple que prévue.

 

Devenu immédiatement la nouvelle référence en matière de films de zombies depuis sa découverte au Festival de Cannes en 2016, nous attendions forcément tous une suite à cette grande réussite sud coréenne que fut Dernier Train Pour Busan. Quatre ans plus tard le réalisateur Yeon Sang-Ho revient a cette saga initiée par son dessin animé Seoul Station avec un troisième volet en forme de continuation plutôt qu’une véritable suite car elle ne reprend aucun des personnages connus. Il ne sera donc pas nécessaire d’avoir vu les précédents épisodes pour apprécier Peninsula. Privilégiant cette fois ci l’action au détriment de l’aspect survivaliste, le cinéaste nous offre un croisement entre The Walking Dead et Mad Max Fury Road moins surprenant mais cependant réellement efficace.

 

Peninsula

 

Véritable série B d’action, Peninsula nous donnera l’impression d’avoir été taillé sur mesure pour séduire le public américain. Pour un film sud-coréen, nous pourrons nous étonner au début du nombre de scènes jouées en anglais. Un passage certes obligé puisqu’elles mettent en scène des coréens face à des hongkongais mais qui paraissent malgré tout suspectes. C’est dans le vif de l’action que Yeon Sang-Ho nous fera découvrir les différents protagonistes principaux de cette histoire. Nous y suivrons principalement Han Jung-Suk, un ancien militaire qui n’avait plus rien à perdre à prendre le risque de retourner en Corée après avoir eu la chance de s’en échapper quatre ans plus tôt au début de l’épidémie.

Au cours de sa mission, il sera secouru par une famille très courageuse constituée de Min-Jung, de ses deux filles et du grand père. D’ailleurs on pourra se demander pourquoi Yeon Sang-Ho n’a pas repris les dernières survivantes de Dernier Train Pour Busan comme personnages de cette suite tant elles auraient presque pu évoluer ainsi en quatre ans. C’est ensemble qu’ils devront tenter d’achever la mission pour tenter de s’échapper pour de bons de ce monde dévasté. Comme dans The Walking Dead, plus les années passent et plus l’humain reprend le pas sur les zombies pour se montrer encore plus dangereux. La ville où Han Jung-Suk doit accomplir sa mission est contrôlé par un groupe de redoutable pilleurs sans aucun scrupules mené par un chef qui n’a rien à faire d’eux et par un sergent avec qui il est aussi en rivalité. Il n’y a franchement rien à redire sur le casting de Peninsula où chaque acteur a parfaitement été choisi pour camper des personnages charismatiques et haut en couleur.

 

Peninsula

 

Alors que Dernier Train Pour Busan filait à tout allure sans laisser un temps mort, le rythme de Peninsula est plus irrégulier laissant des passages plus lent histoire de poser ses personnages. Mais dès lors que le film passe à l’action, le cinéaste Yeon Sang-Ho nous en met à nouveau plein la vue. Que ce soit dans des poursuites à vive allure en voiture que dans les scènes de confrontation avec les morts vivants. On ne peut alors qu’être emporté par le rythme trépidant de ces scènes spectaculaires. Les décors sont souvent magnifiques et les maquillages de zombies sont encore une fois vraiment très réussis. Mention spéciale à la magnifique dernière séquence du film à la fois particulièrement haletante et chargée en émotion.

Alors oui, Peninsula n’est pas aussi surprenant que Dernier Train Pour Busan et on pourrait lui reprocher son manque d’inspiration à préférer miser sur l’action que sur les sentiments. Il y manque  l’aspect plus psychologique de son prédécesseur où le héros comprenait ses erreurs et évoluait dans son comportement. Ici les personnages tracent leurs routes et poursuivent leur objectif sans se poser vraiment de questions. Le plus gros problème de Peninsula est cependant ses effets spéciaux numériques qui manquent clairement de moyen.  Cela gâche en grande partie la plus grosse scène de poursuite en voitures digne de Mad Max Fury Road mais malheureusement plongée dans l’obscurité pour masquer ses défauts et où on aura parfois du mal à distinguer les héros des méchants. Tout cela n’arrivera cependant pas à gâcher notre plaisir devant ce film d’action totalement divertissant qui n’a de toute manière aucun équivalent en salles en ce moment.

 

Peninsula

 

Il aurait été bien difficile de faire encore mieux que Dernier Train Pour Busan, d’autant plus que les morts vivants sont tellement partout à la télé et au cinéma qu’il n’est plus évident de faire dans l’originalité. Peninsula est à l’image de 28 Semaines Plus Tard par rapport à 28 Jours Plus Tard, une petite déception mais il reste en lui-même une excellente série B d’action décérébrée mais portée par d’excellents acteurs et une réalisation exceptionnelle qui pêche juste d’un manque de moyens pour être parfaite.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : 반도
  • RÉALISATEUR : Yeon Sang-Ho
  • AVEC : Gang Dong-Won, Lee Jung-Hyun, Lee Re, Lee Ye-Won & Koo Gyo-Hwan
  • SCÉNARISTE : Yeon Sang-Ho
  • COMPOSITEUR : Mowg
  • GENRE : Action
  • DURÉE : 1h39
  • NATIONALITÉ : Sud-Coréen
  • DISTRIBUTEUR : ARP Selection
  • SITE OFFICIEL : http://www.arpselection.com/peninsula
  • DATE DE SORTIE : 21 octobre 2020

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.