Chronique Concert : TROMBONE SHORTY AND ORLEANS AVENUE – L’OLYMPIA – PARIS – 03 Octobre 2013

 

CHRONIQUE : A peine quelques semaines après la sortie de son troisième album solo Say That To Say This, Trombone Shorty s’est envolé pour une tournée Européenne qui passe par la prestigieuse salle de l’Olympia ce Jeudi 03 Octobre 2013. Une sorte de reconnaissance d’un public parisien très fidèle qui l’a vu passer du New Morning en 2010 au Bataclan l’année dernière pour maintenant atteindre un Olympia plein à craquer et prêt à s’amuser avec le dynamique musicien.

Trombone Shorty c’est le surnom de Troy Andrews, talentueux joueur de trombone, trompette et également chanteur qui s’est distingué dans différentes formations de la Nouvelle Orléans depuis l’age de six ans. Après différentes collaboration avec son frère trompettiste James Andrews, le musicien s’est envolé de ses propres ailes grâce à sa participation à une tournée de Lenny Kravitz en première partie d’Aerosmith en 2005 et à l’enregistrement d’un album en soutien au victime de l’ouragan Katrina qui lui a permi de jouer par la suite avec U2 et Green Day.

En 2010, il sort l’album Backatown qui se classe rapidement la première place au Billboard américain dans la catégorie Jazz Contemporain. Place qu’il gardera pendant neuf semaines consécutives et qui lui ouvre les portes d’une carrière internationale. Suivront ensuite les albums For True en 2011 et Say That To Say This qui vient tout juste de sortir au début du mois de septembre 2013 et qui nous faut cette nouvelle venue du musicien dans notre capitale et le 10 octobre à Villeurbanne.

Depuis maintenant huit ans, le tromboniste s’est entouré d’une bande de musiciens qui forment le Orleans Avenue qui l’accompagne sur album et sur scène. Si le line up a légerement changé depuis, le groupe est sensiblement le même depuis plus de quatre ans. Des musiciens très carrés et plein d’énergie qui portent bien le charismatique multi-intrumentiste. Chacun a pu nous démontrer son talent dans des solos impressionnants. A ce petit jeu, il n’y a que le batteur qui a déçu, son solo n’étant pas vraiment au point alors qu’il a assuré durant tout le reste du concert.

Le groupe a enchaîné les morceaux sans aucun temps morts pendant une heure et demi. Trombone Shorty qualifie sa musique de « Supafunkrock », il s’agit d’un habile mélange de funk, de blues, de rock et du vrai Rythm’ N’ Blues. Les styles se mélangent, chaque chanson a sa couleur et son rythme mais forme un ensemble sans aucun temps mort dans lequel les musiciens s’amuse aussi à glisser des extraits de chansons d’autres artistes. Ils nous ont en plus gratifié de deux rappels avec pour le premier la visite dans la fosse du chanteur pour un moment vraiment festif et un second rappel aux allures de Carnaval de la Nouvelle Orléans avec la reprise de When The Saints Go Marching in.

Au total c’est deux heures de show que nous a offert Trombone Shorty faisant honneur au public parisien qui était venu nombreux l’applaudir. Aussi bon chanteur que musicien, Troy Andrew est tout bonnement impressionnant en live. On peut être certain que son succès en France n’est pas près de s’arrêter. Le verra t’on au Zenith ou même à Bercy la prochaine fois ?