Chronique Concert : WALTARI – EUROPEAN TOUR 2012 – PARIS, DIVAN DU MONDE – 02 MARS 2012

 

CHRONIQUE : Deux ans après leur grand retour en France après plus de 14 d’absence, Waltari revient à Paris pour un nouveau concert exceptionnel. Grâce à Base Production, les finlandais ont enfin l’occasion de retrouver une salle plus digne de leur statut en jouant au Divan Du Monde pour fêter vingt cinq ans de carrière et la sortie d’un album de reprises Covers All malheureusement indisponible en France. Pour l’occasion deux groupes français Malatesta et Wormfood accompagnent les finlandais pour une programmation aussi éclectique que l’est la musique de Waltari.

 

MALATESTA


Malgré cinq albums et un sixième en préparation, le groupe originaire de Rambouillet n’avait jamais eu l’occasion de jouer à Paris. Ce soir est donc une grande occasion pour le groupe qui sera chargé de démarrer les hostilités. Malatesta joue un métal péchu que l’on peut classer à coté de Lofofora ou No One Is Innocent. N’ayant qu’une demi heure pour convaincre le groupe enchaîne les titres devant des spectateurs encore frileux qui finiront par se chauffer un peu vers la fin de leur prestation. Le groupe est carré avec un très bon chanteur et des musiciens talentueux. Le son ne rendra cependant pas entièrement justice à la formation, difficile en effet de comprendre toutes les paroles des chansons mais Malatesta a quand même bien assuré son boulot de chauffeur de salles.

 

WORMFOOD


Changement de style radical avec la seconde première partie de la soirée qui officie plutôt dans un doom/death technique et mélodique. Wormfood cultive l’art de la mise en scène et soigne particulièrement son apparence pour créer son propre univers. Le groupe semble mené d’une main de fer par le talentueux Emmanuel Worm (chant et  guitares) qui s’est créé un personnage collant parfaitement avec leur musique. Il est parfaitement entouré de musiciens vraiment brillants d’un niveau rare pour un groupe français. Les fans de Waltari ont du être un peu désarçonnés par la musique et l’atmosphère que dégage le groupe mais il faut bien avouer que Wormfood se révèle la très bonne surprise de ce concert. Le groupe n’aura malheureusement peu de temps pour faire découvrir ses dernières compos et on espère avoir vite l’occasion de les revoir.

 

 

WALTARI


C’est vers 21 heure que Waltari a envahi la scène pour leur prestation. Il est bon de voir enfin le groupe dans des conditions bien plus favorables que la cave du Klub ou l’on avait eu plus l’impression d’assister à une grande répétition très festive qu’un véritable show. Au Divan Du Monde, Waltari a vraiment l’occasion de nous montrer ce qu’est un véritable show du groupe. D’autant plus que le guitariste Jariot Lehtinen est de retour au sein de la formation.

Venu célébrer leur vingt cinquième anniversaire, Waltari a établi une setlist mêlant vieux morceaux cultes et titres plus récent. Une setlist en forme de best of où le nouvel album de reprises sera un peu mis sur le carreau avec une seul titre joué. Comme en 2010, Waltari commence son show par le titre In The Cradle issu du dernier album Below Zero. S’en suivra une setlist mélangeant tous les styles abordés par les finlandais allant du funk à la techno en passant par le rap et les morceaux plus rentre
dedans.

 

 

Forcement certains des classiques joués ce soir ont déjà été joués au Klub la dernière fois mais ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance de voir Waltari sur scène dans notre pays. Le groupe nous a cependant réservé une trés belle surprise en interprétant dans son intégralité le titre Cityshamaany issu de l’album Release Date. Un morceau épique de 13 minutes aux influences progressives auquel le groupe rajoutera même un peu d’improvisation. Certainement le clou du spectacle dans une prestation sans failles.

En promo pour leur nouvel album de reprises, Waltari ne nous jouera seulement leur version ska de Caught In A  Mosh d’Anthrax lors du rappel. Une version bien arrangé qui mettra le feu au Divan Du Monde. Plutot que de jouer des titres d’un album que nous pauvres français ne connaissons pas encore bien, ils préféreront nous jouer les excellentes reprises du Vogue de Madonna et  A Forest de The Cure qui sont devenus de grands incontournables de la discographie de Waltari.

Le groupe bénéficie d’un son clair et net bien meilleur que les premières parties, on distingue à la perfection les deux guitares, les claviers, la batterie,  la basse et la voix de Kärtsy Hatakka. A moins d’avoir eu la change de les voir lors de leur passage à l’Arapaho il y a 14 ans la majorité du public a découvert ce soir la folie et le talent de Jariot Lehtinen. Le guitariste aussi frappé que le clavieriste Janne Immonen met vraiment l’ambiance. Avec Sami Yli Sirnio il forment un duo parfait avec une maîtrise d’exécution impeccable. Le chanteur / bassiste Kärtsy Hatakka n’est pas en reste et démontre une nouvelle fois des qualités de frontman exceptionnel capable d’alterner d’une phrase à l’autre sa voix normale à une voix grave ou aigue sans aucun problemes avec aussi une qualité d’interprétation hallucinante.

Après deux rappels, le concert se termine peu de temps avant 23h00. Voir Waltari sur scène, c’est vraiment une grande fête. Un sentiment que nous avions déjà eu lors de leur prestation au Klub il y a deux ans et qui se confirme ce soir. On aimerait franchement pouvoir les voir plus souvent mais si le groupe arrive à venir nous voir ne serait ce que les deux ans, on en serait déjà ravis.

 

SETLIST :

In The Cradle

Broken Bizarre

Lights On

Real One 

Un Morceau De Pain (Pala Leïpaa)

CityShamaani

 – Get Stamped

The Stage

Vogue

 – Below Zero

 – Walking In The Neons

Atmosfear

One Day

 

Rappel :

 – Caught In A Mosh

 – Move

 – So Fine

 

Rappel 2 : 

 – A Forest

 

 

 

  • merci pour cette critique qui permet de revivre cette soirée magique!! que du bonheur!!