MECHANIC RESSURRECTION de Dennis Gansel [Critique Ciné]

 

Mechanic Ressurection

 

Jason Statham est probablement l’un des tous derniers castagneurs du cinéma d’action à voir ses films sortir encore en salles. Le prolifique comédien nous revient une nouvelle fois avec Mechanic Ressurrection, suite d’un film dont plus personne ne se souvient mais est ce vraiment important ?

 

 

SYNOPSIS : Arthur Bishop pensait pouvoir vivre tranquillement depuis qu’il avait simulé sa mort. Son répit sera cependant de courte durée lorsque les hommes de main de Riah Crain retrouvent sa piste. Alors qu’il avait réussi à leur échapper, il se retrouvera finalement obligé d’accepter la mission de triple assassinat qu’il voulait lui confier pour sauver une jeune missionnaire qui a été kidnappée.

 

Mechanic Résurrection est la suite du film Le Flingueur sorti en 2011. Même si il n’avait pas vraiment été franchement un succès en France à l’époque, le film doté d’un budget de 40 millions de Dollars avait tout de même rapporté près de 76 millions de dollars à l’international ce qui a suffit à motiver ses producteurs à proposer une suite. Probablement pour attirer plus de spectateurs, ce second volet sort donc en France sans mention du titre du premier film au risque en revanche de perdre les quelques spectateurs qui avaient osé le voir à l’époque.

 

Mechanic Ressurection

 

A vrai dire, il n’y a vraiment pas besoin d’avoir vu Le Flingueur pour comprendre l’histoire de Mechanic Resurrection car Jason Statham est le seul acteur à rempiler dans cette suite. On nous expliquera brièvement photo à l’appui qu’il s’est fait passer pour mort dans une explosion avant de tourner complètement la page. Arthur Bishop, le héros de cette histoire est un assassin professionnel connu pour faire passer ses crimes pour des accidents. Il ressemble un peu à un mélange entre le Ethan Hunt de Tom Cruise et une sorte d’Agence Tous Risques à lui tout seul. un castagneur qui n’hésite même pas à frapper les femmes capable de bricoler des pièges, as de l’informatique et qui peut voyager à travers le globe à une vitesse record.

La bêtise du scénario de cette suite montrera bien que ce n’est pas l’histoire qui compte tant celui-ci paraît illogique. Difficile de comprendre comment Arthur Bishop arrive à se faire piéger par Riah Crain alors qu’il avait parfaitement compris son plan avant son exécution. On passera aussi sur la romance peu crédible sous forme de coup de foudre en moins d’une soirée. On s’amusera bien aussi à voir que sous chaque parquet du monde entier, se trouve la même mallette pleine d’armes, passeports et ordinateurs où qu’il pense à s’enduire de crème anti-requin avant de plonger dans la mer. Celle ci est tellement efficace qu’on n’en verra jamais un seul !

 

Mechanic Resurrection

 

Simon West, réalisateur spécialiste de l’action, laisse la place pour ce second opus au réalisateur allemand Dennis Gansel, connu principalement pour avoir mis en scène le film La Vague. On sent clairement qu’il n’est pas habitué à tourner des scènes d’action tant les combats manquent de chorégraphies et de plans spectaculaires. Alors qu’elles sont censées être le cœur du film, elles sont du coup particulièrement ennuyantes. Même chose pour la seule scène de sexe totalement anti-érotique au possible et complètement inutile. Et que dire de la pauvreté des décors en studio comme la reconstitution au début du film d’une terrasse brésilienne qui ne trompera personne tellement c’est mal fait.

Face à la pauvreté du scénario, Jason Statham assure tout de même le job comme d’habitude et ses fans ne seront probablement pas déçus même si on aurait aimé un peu d’originalité. Assez rare ces derniers temps au cinéma, Jessica Alba nous fait profiter de son corps de rêve mais n’est pas aidé par des dialogues creux et des scènes d’action ratées. Avec son look improbable on mettra du temps à reconnaître Tommy Lee Jones. Il n’est pas ici le grand méchant du film mais une des cibles de la mission bizarrement laissé de coté pour une éventuelle suite. Michelle Yeoh fait une brève apparition en tenancière d’une résidence de bungalows comme si on la dérangeait en vacances. Le vrai méchant de l’histoire est joué par le second couteau Sam Hazeldine, vu dans la série Peaky Blinders et Grimsby – Agent Trop Spécial.

 

Mechanic Resurrection

 

Plutôt qu’une résurrection, c’est un enterrement qu’on préférerait pour cette nouvelle franchise tant elle prend les spectateurs pour des imbéciles. Mal réalisé, mal écrit et joué sans motivation, Mechanic Résurrection n’est qu’une série B de plus pour Jason Statham qui semble avoir été plutôt conçue pour être multi-rediffusée sur la TNT que pour pour servir le septième art. A la vue du résultat, on se demande qui dans l’équipe peut être satisfait d’avoir réalisé ou jouer la dedans tant ce film est inutile.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Dennis Gansel
  • AVEC : Jason Statham, Jessica Alba et Tommy Lee Jones
  • SCÉNARISTES : Philip Shelby et Tony Mosher
  • COMPOSITEUR : Mark Isham
  • GENRE : Action
  • DURÉE : 1h39
  • NATIONALITÉ : Français, Américain
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan FilmExport
  • SITE OFFICIELhttp://www.mechanic.movie/
  • DATE DE SORTIE : 31/08/2016

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *