UN MONDE ENTRE NOUS de Peter Chelsom [Critique DVD]

 

Un Monde Entre Nous

 

Asa Butterfield est le premier homme né sur Mars dans Un Monde Entre Nous, mélange de science fiction et de romance qui sort directement en Blu-Ray et DVD le 12 septembre 2017.

 

 

SYNOPSIS : A la tête de la première mission de colonisation de la Planète Mars, Sarah Elliot ne savait pas au moment de son départ qu’elle était enceinte. Elle aura tout juste le temps de débarquer sur la planète avant d’accoucher donnant ainsi naissance au premier humain né sur Mars. Malheureusement, Sarah ne survivra pas à l’accouchement et n’a pas eu le temps de révéler l’identité du père. Seize ans plus tard Gardner Elliot, qui a été élevé par les scientifiques de passage sur Mars, est devenu un adolescent qui rêve de pouvoir aller sur Terre pour retrouver son père mais son organisme ne résistera peut être pas à la pesanteur terrestre. Après une opération, il est autorisé à rejoindre notre planète et va retrouver Tulsa, sa correspondante terrestre pour qu’elle l’aide à retrouver son père.

 

Parce qu’il est loin d’avoir obtenu le succès escompté lors de sa sortie aux Etats Unis, Un Monde Entre Nous s’est finalement vu privé de sorties dans les salles de cinéma françaises. La présence dans le rôle principal d’Asa Butterfield, héros de Miss Peregrine Et Les Enfants Particuliers, La Stratégie Ender et Hugo Cabret, n’aura pas suffit à attirer suffisamment de spectateurs en salles pour découvrir le film de Peter Chelsom, croisement entre le film de science fiction  à la E.T. et la romance à la Nos Etoiles Contraires. Pour le voir, il faudra désormais se procurer le DVD que l’éditeur Metropolitan Filmexport sortira le 12 septembre 2017.

 

Un Monde Entre Nous

 

Dès le début c’est plutôt mal parti pour Un Monde Entre Nous, plutôt que nous servir de belles images de l’espace, il faudra d’abord supporter un trop long discours de Nathaniel Sheppard, un grand patron clairement inspiré par le milliardaire Richard Bronson, à la tête d’une entreprise qui a aidé la N.A.S.A. à développer un programme pour la colonisation de Mars. Passé cette introduction ratée, les choses s’améliorent avec la mission spatiale même si elle ne durera pas bien longtemps. Le film se poursuivra ensuite seize ans plus tard toujours sur Mars pour découvrir le quotidien de ce premier enfant né sur la planète et désormais devenu un adolescent malin grâce à l’éducation prodiguée par les cosmonautes de différentes nationalités venus en mission sur la base East Texas. L’adolescence étant l’age des bêtises, il ne tient désormais plus en place. Ce qui va pousser la scientifique Kendra Wyndham a forcer la main de la N.A.S.A. pour permettre enfin le rapatriement du jeune homme dont la naissance est restée secret défense.

C’est à partir de là que le film commencera à vraiment accumuler les improbabilités. A commencer par l’opération destinée à renforcer les os de l’adolescent en vu de son départ. C’est toute l’intrigue du film qui utilisera trop souvent des facilités scénaristiques poussant à l’incohérence.  Il ne fallait pas attendre des miracles de la part d’Allan Loeb, scénariste de Beauté Volé et de Le Mytho, mais cette cavale à travers les Etats Unis n’a rien de vraisemblable ni même de vraiment captivant. On sent le film clairement destiné aux adolescents qui ne sont pas du genre à se poser trop de questions. Curieusement, alors qu’il est équipé d’ordinateurs et qu’il a rencontré des dizaines de scientifiques venus du monde entier, Gardner se comporte comme un véritable extra terrestre en débarquant sur Terre comme si il ne savait rien de notre planète. A le voir entrer dans une salle de classe et se faire remarquer par son comportement plus qu’étrange et idiot ou avoir curieusement peur en voyant un cheval, on a parfois l’impression que le réalisateur Peter Chelsom à trop vu le E.T. de Steven Spielberg. Il ne cachera pas ses références aux classiques du cinéma avec une inspiration des Ailes Du Désir et un clin d’œil flagrant à L’Étoffe des Héros.

 

Un Monde Entre Nous

 

Que les choses soient claires Un Monde Entre nous est avant tout une comédie romantique pour adolescents plus qu’un film de science fiction. Une fois arrivé sur Terre, l’aspect S.F. s’effacera quasiment intégralement au point que l’on se demande en quelle année d’un futur très proche peut bien se dérouler le film. La recherche du père de Gardner ne tient pas la route car on devine très vite qui il est et la révélation finale ne fera que soulever toutes les incohérences de l’histoire. Appuyant trop sur les problèmes de santé de Gardner,  le film semble plus lorgner vers Nos Etoiles Contraires que Seul Sur Mars avec sa romance condamnée par avance destinée à nous faire pleurer. Une bonne partie du film repose sur le chaud et le froid dans les relations entre le jeune martien et sa correspondante terrienne Tulsa qui aura régulièrement de curieux changement d’humeurs.

A vrai dire ce qui sauve Un Monde Entre Nous du naufrage le plus complet c’est son casting. Asa Butterfield qui a toujours eu un petit coté lunaire est parfait pour tenir le rôle du jeune martien. Même si Britt Robertson a en fait  près de dix ans de trop pour jour l’adolescente cela ne se remarquera heureusement pas trop. L’as du camouflage Gary Oldman joue le chef du projet de colonisation martienne et Carla Gugino habitué aux rôles de maman dans Spy Kids et San Andreas joue la mère de substitution de Gardner qui l’a vu grandir sur Mars. Les deux le poursuivront dans son road trip  à travers les Etats Unis. Même si il ne s’agit que d’un petit rôle Janet Montgomery, héroïne de la série Salem, joue la mère de Gardner.

 

Un Monde Entre Nous

 

C’est le manque d’ambition de Un Monde Entre Nous qui déçoit le plus. Alors qu’on pouvait croire à un vrai film de science fiction, on se retrouve simplement devant une amourette d’adolescents pleine d’incohérences et de maladresse qui ne séduira que le public du même age. Certes à la vue du C.V. de son réalisateur Peter Chelsom justement spécialisé dans la comédie romantique et les films pour ados , il ne fallait certainement pas s’attendre à mieux mais on pouvait tout de même espérer avec un tel casting mené par un Asa Butterfield attachant.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

LE DVD : Il est franchement dommage de ne pas avoir sorti en France l’édition Blu-Ray pourtant disponible aux Etats Unis  pour un film avec de si belles images car le DVD ne fait clairement pas honneur aux beaux paysages de ce road trip avec de réguliers problèmes de compression notamment au niveaux des yeux des personnages. Le mixage du son est cependant réussi avec une bonne spatialisation de la très jolie bande originale du film. Question bonus, le making of n’est qu’un montage entre la bande annonce et le résumé de l’histoire par le réalisateur. Certaines scènes coupées auraient bien eu leur place dans le film tandis que d’autre ne font que soulager des scènes déjà trop longues, la fin alternative s’avère bien moins bonne que l’original et ne mériterait même pas sa place dans les bonus. Quand au commentaire audio, le réalisateur passe plus de temps à raconter des anecdotes sur le film que de commenter vraiment ce qu’il se passe sur l’écran.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The Space Between Us
  • RÉALISATEUR :  Peter Chelsom
  • AVEC : Asa Butterfield, Britt Robertson, Gary Oldman & Carla Gugino
  • SCÉNARISTE : Allan Loeb d’après une histoire de Allan Loeb, Stewart Schill et Richard Barton Lewis
  • COMPOSITEUR :
  • GENRE : Science Fiction, Romance, Drame
  • DURÉE : 2h01
  • NATIONALITÉ : Américain
  • ÉDITEUR : Metropolitan Filmexport
  • SITE OFFICIELhttps://www.uphe.com/movies/the-space-between-us
  • DATE DE SORTIE : 12 septembre 2017
  • SPÉCIFICITÉS DU DVD : DVD-9 – 16/9 – 2.40:1 – Couleurs – Dolby Digital 5.1 Français ou Anglais- Sous titre Français
  • BONUS : Commentaire audio – Making Of – Scènes Coupées – Fin Alternative – Bandes Annonces