A La UneCinémaCritique Ciné

FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX de George Miller [Critique Ciné]

Furiosa : Une Saga Mad Max

George Miller étend l’univers de Mad Max : Fury Road dans l’ambitieux prequel Furiosa : Une Saga Mad Max tout aussi spectaculaire.

Le dernier regard de Mad Max à Furiosa dans la scène finale de Mad Max : Fury Road pouvait laisser croire que nous retrouverions très vite ces personnages. Et pourtant ce n’est que neuf ans plus tard que le réalisateur George Miller renoue avec cet univers. Non pas dans une suite, mais dans un prequel consacré au personnage de Furiosa qui avait presque volé la vedette au héros. Une origin story qui s’est fait tellement attendre que nous la pensions enterrée mais que nous pouvons enfin découvrir ce mercredi 22 mai 2024 après sa présentation hors compétition au dernier Festival de Cannes.

Contrairement à ce que pouvait laisser penser sa bande annonce, le réalisateur George Miller ne s’est pas contenté de reproduire les mêmes incroyables poursuites effrénées de Mad Max : Fury Road dans ce prequel. Divisé en cinq chapitres, Furiosa : Une Saga Mad Max fait plus que raconter les origines de Furiosa. Le réalisateur en profite en effet pour y apporter de nouveaux personnages et étendre la mythologie de la saga.

Furiosa : Une Saga Mad Max

Les deux premiers chapitres de Furiosa : Une Saga Mad Max mettront en scène une toute jeune Furiosa jouée par la jeune Alyla Browne ressemblant déjà fort à un croisement entre Charlize Theron qui l’incarnait dans Mad Max : Fury Road et Anya Taylor Joy qui reprend le flambeau dans ce prequel. Elle se retrouvera rapidement enlevée par les hommes de Dementus le nouveau grand méchant de ce prequel. Interprété par Chris Hemsworth, celui-ci ne pourra pas cacher ses ressemblances avec son célèbre personnage de Thor malgré ses cheveux rouges, sa longue barbe, une prothèse de nez atroce et une voix plus aigue et nasillarde.  Chef de son propre clan, ce Dementus tentera de s’emparer de la citadelle du puissant Immortan Joe, le redoutable protagoniste de Mad Max : Fury Road.

Ce n’est que dans le troisième chapitre de Furiosa : Une Saga Mad Max qu’apparaitra enfin Anya Taylor-Joy dans le rôle de Furiosa. Ayant réussi à échapper à Dementus, elle a pu discrètement se hisser jusqu’au rang d’Imperator dans les rangs des troupes d‘Immortan Joe. La vengeance étant un plat qui se mange froid, elle prendra tout le temps nécessaire pour murir sa vengeance contre Dementus. Même s’il elle paraitra toute petite est menue face aux brutes épaisses qui l’entourent, l’actrice fait preuve ici d’un charisme incroyable. Sa remarquable prestation devient sans aucun doute le rôle le plus mémorable de sa encore jeune carrière  pourtant déjà riche en très bon films comme le savent ceux qui la suivent depuis sa révélation dans l’étrange film d’épouvante The Witch.

Furiosa : Une Saga Mad Max

L’action effrénée de Mad Max : Fury Road laisse la place à une histoire un peu plus construite dans ce préquel. George Miller prend ici plus de temps pour développer cette origin story et sa riche galerie de personnages se rapprochant plus du style de Mad Max 2. Cette longue introduction ne manquera cependant déjà pas de scènes d’action époustouflantes tout en nous permettant de découvrir plus tranquillement l’univers imaginé par le réalisateur qui s’est beaucoup enrichi depuis les premiers films. Même s’il n’est pas bien épais, le scénario de Furiosa : Une Saga Mad Max se montre bien plus intelligent que ceux da la plupart des blockbusters sortis cette année. Tout ce que nous pourrons reprocher à ce long métrage est éventullement son manque d’hémoglobine et de nudité bien plus présents dans les deux premiers films mais qui semblent désormais mal vus à l’ère d’aujourd’hui.

Bien plus impressionnant qu’un Dune : Deuxième Partie ou bien La Planète Des Singes : Le Nouveau Royaume, c’est à se demander comment George Miller a réussi à créer cet incroyable univers post-apocalyptique. Dans un esprit très comic book, Furiosa : Une Saga Mad Max semble s’inspirer en partie de Sin City et 300 de Frank Miĺler dans certains plans et séquences qui pourront donner des complexes à Zack Snyder aujourd’hui dans le creux de la vague avec sa saga Rebel Moon. Jouant beaucoup sur des décors réels et de véritables poursuites et bastons, les effets numériques seront ici difficilement perceptibles. Avoir vu récemment le film The Fall Guy permettra d’admirer encore plus les formidables prouesses exécutées par les cascadeurs et les acteurs dans ce film.

Furiosa : Une Saga Mad Max

Si nous pensions cela inimaginable, George Miller a bien réussi à faire un nouveau Mad Max en se passant de son mythique héros. Tout cela grâce à la formidable performance d’Anya Taylor-Joy qui surpasse Charlize Theron dans le personnage de Furiosa au point que c’est désormais elle que nous aimerions revoir dans une éventuelle suite. Moins bourrin que Mad Max : Fury Road, Furiosa : Une Saga Mad Max n’en est pas pour autant moins réussi tant il permet encore de profiter pleinement de cet univers complètement dingue que nous espérons pouvoir retrouver plus rapidement.

MON AVIS :
5/5

A Lire Aussi

Furiosa : Une Saga Mad Max

FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX de George Miller [Critique Ciné]

George Miller étend l’univers de Mad Max : Fury Road dans l’ambitieux prequel Furiosa : Une Saga Mad Max tout

Les Intrus

LES INTRUS de Renny Harlin [Critique Ciné]

Même si nous ne l’attendions pas, la saga The Stangers repart pour une nouvelle trilogie aux allures de mauvais remake sous le titre Les Intrus.

When Evil Lurks de Demián Rugna |Critique Ciné]

WHEN EVIL LURKS de Demián Rugna [Critique Ciné]

Récompensé au Festival Fantastique de Gérardmer, When Evil Lurks innove dans le film de possession.

Le Deuxième Acte de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

LE DEUXIEME ACTE de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux est déjà de retour avec Le Deuxième Acte choisi  à juste titre comme film d’ouverture du Festival De Cannes 2024.

Blue & Compagnie

BLUE & COMPAGNIE de John Krasinski [Critique Ciné]

Après l’horreur, John Krasinski se lance dans le film pour enfants avec un Blue & Compagnie bien moins réussi que ses prestigieuses inspirations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.