FIRST MAN de Damien Chazelle [Critique Ciné]

 

First Man

 

Devenu célèbre avec ses deux films musicaux Whiplash et La La Land, le réalisateur Damien Chazelle change de registre avec First Man, biographie de l’astronaute Neil Armstrong dans sa conquête de la Lune.

 

 

SYNOPSIS : Alors qu’il avait bien failli finir rivé au sol pour de bon car jugé trop maladroit, Neil Armstrong va se porter volontaire pour participer au programme spatial de la N.A.S.A. Pendant huit ans, il va se préparer avec courage à cette mission, affrontant la mort tragique de camarades et le risque de voir éclater sa famille. Une série d’épreuves qui sera récompensée lorsqu’il sera le premier homme à poser le pied sur la Lune.

 

Après le succès de La La Land, récompensé de six Oscars, on aurait pu penser que Damien Chazelle poursuivrait sa carrière dans le film musical. Au lieu de cela, il a choisi pour son troisième  long métrage d’accepter la proposition que le producteur Marty Bowen lui avait fait à la sortie de Whiplash de s’envoler dans les étoiles avec First Man, l’adaptation de la biographie de l’astronaute Neil Armstrong. S’aventurant sur le terrain du film sur la conquête spatial déjà brillamment illustré dans des films comme L’Étoffe Des Héros ou Appolo 13, il opte pour se différencier sur un aspect très réaliste à la limite du documentaire, au risque de surprendre le spectateur. Si l’exploit que Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont réalisé a beau être unique au monde, son histoire n’avait jamais été porté sur grand écran même si il a inspiré plusieurs films. Alors que certains adeptes de la théorie du complot remettent en doute la véracité de cette grande réussite au point d’être certain que c’est le réalisateur Stanley Kubrick qui a tourné les images de l’alunissage, Damien Chazelle va pouvoir rétablir la vérité avec ce film.

 

First Man

 

Pour raconter comment Neil Armstrong a réussi son exploit, le film remonte huit ans auparavant pour montrer toutes les étapes qui ont permis la réussite de cette mission. Le long métrage commence un peu comme le dessin animé Là-Haut par une tragédie qui a marqué la vie de l’astronaute. Il n’était visiblement pas question pour Damien Chazelle de se focaliser uniquement sur le travail de Neil Armstrong et le film mélange  à part égale son travail et les conséquences qu’il a sur sa relation avec sa femme et ses enfants. Ce parti pris aurait pu se montrer particulièrement intéressant mais on ne pourra s’empêcher de trouver parfois le temps long devant certains passages et à d’autres moment, on aurait aimé qu’il passe plus de temps sur d’autres scènes. Le retour de Justin Hurwitz à la composition de la bande originale viennent rappeler l’attachement pour la musique du réalisateur avec des sonorités qui feront forcement penser à La La Land.

Il faut bien avouer que ce qui fait la réussite de First Man, ce sont avant tout les différentes missions effectuées par Neil Armstrong. Se rapprochant dans la réalisation d’un Gravity ou d’un Interstellar, le film impressionne dans la reconstitution des séquences spatiales. En jouant sur le son parfois assourdissant et à d’autre moment totalement silencieux, Damien Chazelle arrive à nous couper le souffle face à l’intensité de certaines épreuves traversés par les astronautes de la N.A.S.A.  Il arrive même à créer un suspense dans certaines scènes dont on connait pourtant déjà l’issu. Face à ces séquences spectaculaires, les scènes dans la cuisine donnent forcement l’impression de plomber le film. Parce que ce n’est pas le premier film sur la conquête spatiale, on ne pourra s’empêcher de ressentir un peu une impression de déjà-vu même si chaque film raconte une période différente de cette guerre des étoiles contre les russes.

 

First Man

 

Le choix de Ryan Gosling pour incarner Neil Armstrong semble être une évidence tant l’acteur a déjà fait ses preuves dans des rôles de taiseux ne serait-ce que dans Drive. Beaucoup de sentiments non-exprimés verbalement passent simplement par le regard de l’acteur. A l’opposé, Claire Foy devenu célèbre pour son rôle dans la série The Crown, parle pour deux dans le rôle de son épouse loin d’être une simple mère au foyer passive face aux dangers que traverse son mari.

On sent cependant bien que le film est l’adaptation de la biographie de Neil Armstrong tant les autres personnages pourtant eux aussi entrés dans l’histoire de la N.A.S.A. restent ici vraiment secondaires. Pourtant le casting mise sur des valeurs montantes dont on connait bien la tête mais pas encore forcement le nom comme Jason Clarke, Kyle Chandler, Corey Stoll, Ciarán Hinds, Brian d’Arcy James ou Olivia Hamilton. Ils se montrent tous très bon avec des prestations intenses mais ils restent trop souvent noyés dans le groupe sans moment pour briller.

 

First Man

 

First Man sent malheureusement le film de commande face à l’excellence de Whiplash et La La Land. Si on sent une véritable maîtrise dans la réalisation de Damien Chazelle avec des scènes d’expériences spatiales particulièrement réussies qui risquent de faire date dans le cinéma, on ne peut pas en dire de même du scénario et du montage qui accumulent les scènes inutiles qui plombent la réussite de l’ensemble. A vouloir jouer sur les deux tableaux du drame familial intimiste et du grand film d’odyssée spatiale, First Man perd en intensité et fini par décevoir.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Damien Chazelle
  • AVEC : Ryan Gosling, Claire Foy, Jason Clarke, Corey Stoll, Ciarán Hinds, Patrick Fugit et Olivia Hamilton
  • SCÉNARISTE : Josh Singer d’après l’oeuvre de James R. Hansen
  • GENRE : Biopic, Drame
  • DURÉE : 2h22
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIELhttp://fr.universalpictures.com/micro/first-man
  • DATE DE SORTIE : 17 octobre 2018