MOTHER ! de Darren Aronofsky [Critique Ciné]

 

Mother !

 

Darren Aronofsky a le don pour brouiller les cartes et ne manque pas de la faire à nouveau avec Mother !, véritable cauchemar éveillé clairement déconseillé aux âmes sensibles.

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : Pour son époux écrivain en panne d’inspiration, elle a tenu à refaire à neuf leur maison qui avait entièrement brûlée. Isolée de tout, le couple vivait ici paisiblement jusqu’à ce qu’un médecin à la recherche d’un bed & breakfast ne vienne frapper à leur porte. L’auteur qui trouve que la maison manque de vie va lui offrir l’hospitalité. Mais lorsque la femme de celui-ci débarque à son tour le lendemain matin, la jeune femme déjà inquiète de la présence d’un inconnu dans la maison va très mal vivre l’arrivée de nouveaux invités inattendus.

 

Après s’être frotté au blockbuster avec le décevant Noé, trop éloigné du Darren Aronofsky que l’on aime vraiment, le réalisateur fait son retour trois ans plus tard avec son projet le plus étrange et le plus  sombre à ce jour. Tourné dans la plus grande discrétion, ce n’est qu’en découvrant la première bande annonce que l’on a pu tenter de deviner ce qui nous attendait avec Mother ! Mais si la bande annonce laissait présager d’un film flirtant avec le genre horrifique, Il fallait bien évidement se douter que le cinéaste n’allait pas se contenter de faire un simple film d’horreur comme les autres. Ce qui est certain c’est que Mother ! va diviser le public. On adorera le film où on le détestera mais il ne pourra laisser personne indifférent.

 

Mother !

 

Quelque chose nous frappe rapidement à peine au bout de quelques minutes dans le film, l’absence totale de musique. Alors que Jennifer Lawrence déambule dans la maison à la recherche de son époux, tout ce que l’on entendra ce sera les bruits de la maison et quelques sons. C’est le compositeur Jóhan Jóhannsson qui a suggéré à Darren Aronofsky, de se passer de bande originale laissant du coup le plus gros du boulot à l’ingénieur du son pour n’intervenir que dans le générique de fin. Surprenant au premier abord, ce choix s’avère cependant rapidement payant tant il arrive à faire monter la tension tout aussi efficacement que l’aurait fait la musique la plus angoissante.

Si Mother ! démarre très paisiblement, l’histoire ne tardera pas à prendre une tournure inquiétante. Darren Aronofsky virevoltant en permanence autour de Jennifer Lawrence avec sa caméra en la filmant de très près, les états d’âme de son personnage n’auront quasiment aucun secret pour le spectateur qui se retrouvera du coup dans le même état qu’elle par contagion. Sans que l’on sache trop pourquoi la jeune femme est prise de montées d’angoisse à la vue de personnes étrangères invitées très chaleureusement par son mari à s’installer dans leur grande maison qu’elle a entièrement redécorée elle même pour en faire leur Paradis sur terre.

L’histoire lui donnera de bonnes raisons de s’inquiéter puisque ce sera par la suite une escalade permanente dans l’angoisse avec l’arrivée d’inconnus de plus en plus nombreux et au comportement de plus en plus étrange. Plein de questions viendront forcement dans l’esprit des spectateurs, ces personnes sont elles bien réelles où est-ce que la jeune femme est en train de perdre totalement pied ? Comme dans une sorte d’interlude, Darren Aronofsky a décidé de calmer le jeu en plein milieu pour quelques minutes de respiration où l’étrange est cependant toujours de mise puisque le temps semble défiler beaucoup plus vite au sein de la maison. Ce n’était vraiment que le calme avant la tempête car la dernière partie du film tourne véritablement au cauchemar délirant comme on peut en faire lorsqu’on a de la fièvre. L’ambiance devient encore plus suffocante que dans Requiem For A Dream et il faudra avoir le cœur bien accroché pour traverser cette spirale anxiogène.

 

Mother !

 

Difficile de savoir ce qu’a voulu raconter ici Darren Aronofsky et surtout à quoi rime vraiment cette dernière partie totalement infernale réalisé de main de maître. On peut y voir une métaphore sur la création artistique et la « fan attitude ». Souvent les fans d’un artiste, qu’il soit cinéaste, acteur, musicien ou écrivain, ont l’impression qui leur appartiennent et se montre régulièrement de plus en plus exigeants, n’hésitant pas à critiquer violemment les choix qui ne leur plairaient pas. Pourquoi le film s’appelle Mother ! avec ce point d’exclamation reste assez mystérieux car la question de la maternité arrive sur le tard et ne semble pas être le thème majeur du long métrage. Chacun des spectateurs pourra cependant se faire une interprétation très personnelle de chaque scène du film et chaque visionnage ne fera certainement que révéler de nombreux détails. Nul doute que ce nouveau  long métrage servira de cas d’école pour beaucoup d’étudiants en cinéma.

Le talent de Jennifer Lawrence n’est déjà plus à prouver, la jeune actrice ayant déjà reçu la majorité des récompenses majeures du cinéma grâce aux films de David O. Russell. Quasiment omniprésente dans chaque scène de Mother !, elle devrait en toute logique refaire parler d’elle aux moments des prochaines cérémonies l’année prochaine tant elle se montre impeccable dans ce rôle particulièrement exigeant. Un peu plus en retrait Javier Bardem se montre particulièrement inquiétant dans ce rôle d’écrivain au comportement étrange. Signalons aussi la prestation diabolique de Michelle Pfeiffer parfaitement détestable dans sa manière de faire germer de mauvaises idées dans la tête de l’héroïne. D’autres têtes bien connues viendront taper l’incruste dans la maison avec Ed Harris dans le rôle du premier invité, Domnhall et Brian Gleeson en frères ennemis et Kristen Wiig en éditrice de l’écrivain tous aussi impeccables dans ces rôles exigeants qui les sortent de l’ordinaire. Autre originalité du film, aucun de ces personnages n’a de noms. Là encore la raison de ce choix scénaristique pourra donner lieu à plusieurs interprétations.

 

Mother !

 

Si Requiem For A Dream, vous avez mis une claque, Mother ! devrait carrément vous dévissez la tête ! Darren Aronofsky va encore plus loin dans les scènes anxiogènes qui vous donneront l’impression de vivre un cauchemar éveillé. Deux heures d’angoisse qui pourrait vous conduire au bord de la folie à suivre de si près l’héroïne incarnée magistralement par Jennifer Lawrence.Une expérience de spectateurs éprouvante mais incontournable tant le film aura forcement sa place dans le top de l’année.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Darren Aronofsky
  • AVEC : Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Michelle Pfeiffer & Ed Harris
  • SCÉNARISTE : Darren Aronofsky
  • COMPOSITEUR : Jóhan Jóhannsson
  • GENRE : Thriller, Horreur-Épouvante, Drame
  • DURÉE : 2h02
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures France
  • SITE OFFICIELhttps://www.facebook.com/Mother.lefilm/
  • DATE DE SORTIE : 13 septembre 2017