#JESUISLA de Éric Lartigau [Critique Ciné]

 

#JeSuisLà

 

Pour son nouveau film #JesuisLà , Eric Lartigau entraîne Alain Chabat en Corée Du Sud pour une nouvelle comédie pleine de bons sentiments.

 

 

SYNOPSIS : Restaurateur au pays basque, Stéphane avait son métier plus à cœur que de s’occuper de sa femme et de ses enfants. Désormais divorcé, il n’est même plus dans les confidences de la famille. Mais récemment quelque chose a changé en lui. Il a fini par tomber amoureux de Soo, une coréenne avec qu’il correspond sur Instagram sans jamais l’avoir rencontré. Sur un coup de tête, il décide de partir la retrouver en Corée du Sud sans en avoir été réellement convié pour un voyage qui lui ouvrira les yeux sur sa vie.

 

Six ans après l’immense succès de La Famille Bélier, le réalisateur Eric Lartigau revient sur grand écran avec #JesuisLà, une nouvelle comédie sentimentale pour laquelle il retrouve Alain Chabat qu’il avait déjà dirigé dans la comédie très réussie Prête-Moi Ta Main il y a déjà quatorze ans. Il s’intéresse cette fois à la dégradation des relations humaines à cause des réseaux sociaux comme dans un épisode de la série Black Mirror qui au lieu de vouloir nous effrayer préfère se montrer plus positif en démontrant qu’une autre vie est encore possible à condition d’ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure.

 

#JeSuisLà

 

Si on ne saura jamais comment Stéphane a fait la rencontre de Soo sur Instagram, il a au moins la chance qu’elle existe pour de vrai là où dans la vraie vie les profils de femmes asiatiques sont bien souvent des faux comptes. #JeSuisLà souligne la détresse sentimentale de notre époque où l’on peut s’amouracher d’une personne après seulement quelques messages sans jamais savoir vraiment qui elle est et ce qu’elle recherche dans ces échanges. Certains pourront voir en Stéphane une sorte d’harceleur qui va s’imposer dans la vie de Soo tandis que d’autres peut être plus malheureux et qui ont pu connaitre ce genre de sentiments comprendront pourquoi il s’est emballé de la sorte. C’est aussi peut être une façon de montrer la différence entre les hommes et les femmes dans leur façon de gérer leurs sentiments.

Une fois Stéphane arrivé à l’aéroport de Séoul, #JeSuisLà fera beaucoup penser à une sorte de mélange entre le Lost In Translation de Sofia Coppola et Le Terminal de Steven Spielberg. En attendant Soo, Stéphane va passer onze jours à errer dans cet aéroport en postant des photos sur Instagram pour attirer son attention. Il deviendra alors sans le savoir le sujet d’un buzz mondial. Le film alterne alors entre des scènes totalement improbables en réalité et d’autres plus réussies qui arriveront à nous émouvoir grâce à la tendresse et l’humour d’Alain Chabat. Tant qu’à faire Eric Lartigau aurait pu profiter de ce tournage en Corée pour s’inspirer de leur cinéma mais #JeSuisLà a une esthétique assez triste de comédie française guère cinématographique à l’exception d’une jolie scène de rêve avec Soo.

 

#JeSuisLà

 

Alain Chabat est vraiment au cœur de cette histoire toujours entouré de gens qu’ils ne le comprennent pas et qu’ils ne comprends pas trop non plus aussi que ce soit en France avec ses deux fils, son ex-femme et son assistante au restaurant ou même en Corée ou c’est la surtout le problème de la différence de culture et la barrière de la langue qui rendront les choses plus difficiles. Le mystère des relations entre les hommes et les femmes resteront cependant la source de la plus grande incompréhension à cause de ces non dits qui restent toujours entre les deux sexes.

Il ne vaut mieux pas aller voir #JesuisLà en espérant profiter du talent comique de Blanche Gardin car l’actrice n’y tient qu’un petit rôle bien en dessous de son talent sur scène. De plus, elle a voulu donner un curieux accent à son personnage qui rendront parfois ses dialogues pas très compréhensibles. Pour Jouer Soo, Éric Lartigau a choisi Doona Bae, l’actrice fétiche des Sœurs Wachowski, obligée ici de s’exprimer dans un français qui semble avoir été appris phonétiquement et dont le personnage nous décevra au final. Particulièrement ennuyeux et jamais drôle, les deux fils sont joués par Ilian Bergala et Jules Sagot. Autre personnage féminin dont on comprendra pas trop la présence, Camille Rutherford joue une touriste anglaise qui se greffera à Stéphane et ses deux fils lors de leur séjour en Corée sans que l’on sache pourquoi.

 

#JeSuisLà

 

Plein de bons sentiments, #JeSuisLà manque cependant d’humour et nous fait trop penser à Lost In Translation et Le Terminal pour nous emballer complètement par son manque d’originalité. Nous ne sommes en fait pas ici devant une vraie comédie et encore moins devant une romance. Reste un Alain Chabat qui fait de son mieux pour tenter de porter cette histoire souvent invraisemblable où les seconds rôles ne servent à rien. A voir une fois et à oublier aussitôt.

 

MON AVIS : 2/5 (bof)

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Eric Lartigau
  • AVEC : Alain Chabat, Doona Bae, Blanche Gardin, Ilian Bergala, Jules Sagot & Camille Rutherford
  • SCÉNARISTES : Eric Lartigau & Thomas Bidegain
  • COMPOSITEUR : Evgueni Galperine
  • GENRE : Comédie, Romance
  • DURÉE : 1h38
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Gaumont Distribution
  • SITE OFFICIEL : https://www.gaumont.fr/fr/film/-JeSuisLa-.html
  • DATE DE SORTIE : 5 février 2020

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.