CinémaCritique Ciné

LOVE LIES BLEEDING de Rose Glass [Critique Ciné]

Love Lies Bleeding de Rose Glass

La réalisatrice de Saint Maud revisite avec brio le genre du thriller dans Love Lies Bleeding.

Après le très académique Priscilla de Sofia Coppola et le quasi blockbuster Civil War d’Alex Garland, le studio A24 est de retour avec une nouvelle curiosité comme on aime en découvrir. Il s’agit de Love Lies Bleeding, le deuxième film de la réalisatrice anglaise Rose Glass qui s’était fait remarqué il y a quatre ans avec son film d’horreur Saint Maud malheureusement pas très bien distribué en France. C’est cette fois ci au genre du thriller qu’elle se frotte avec une histoire pas des plus originales mais qui marquera sans doute les esprits par sa superbe réalisation.

Avec sa musique de science fiction et ses plans de ciel étoilé, nous nous attendrions presque à voir apparaitre une soucoupe volante  qui ne viendra jamais car Love Lies Bleeding est l’histoire de Jackie. Une jeune bodybuildeuse en route vers un grande compétition à Las Vegas qui fait une étape dans un petit bled où elle a décroché en couchant un boulot de serveuse dans un club de tir. En se rendant à la salle de sport locale pour son entrainement, elle fera la rencontre de Lou qui gère la salle. Flashant l’une pour l’autre, elles vont alors passer quelques jours ensemble.

Love Lies Bleeding de Rose Glass

Ce que Jackie ne sait pas encore c’est que son nouveau patron n’est autre que le père de Lou avec qui elle a coupé les ponts. Il n’y aura pas de mal à comprendre pourquoi tant cet homme parait inquiétant. Ce qui retient Lou dans la région, c’est sa sœur mariée à un homme violent qui la bat régulièrement. Lorsque celle ci finira à l’hôpital dans un état grave, la vie de Jackie va sombrer dans une spirale de violence inattendue.

Se déroulant à la fin des années 80, Love Lies Bleeding semble avoir été inspiré par la récente série She-Hulk Avocate. L’actrice Katy O’Brian qui incarne Jackie ressemble pas mal à Tatiana Maslany, l’héroïne de la série Marvel Studios avec son mini short et ses cheveux bouclés. Très jolie, elle peut aussi se montrer vraiment impressionnante lorsqu’elle dévoile toute sa musculature. Elle forme vraiment un beau couple avec Kristen Stewart qui peut pour une fois exprimer pleinement son attirance pour les femmes.

Love Lies Bleeding de Rose Glass

Il y en aura bien certains parmi les spectateurs pour reprocher à Love Lies Bleeding de voguer sur la vague du wokisme avec ses deux héroïnes lesbiennes de plus en plus fréquentes à l’instar du récent film Drive-Away Dolls de Ethan Coen et pour son message d’alerte sur les violences faites aux femmes. Nous pouvons aussi voir dans cet affrontement avec le père de Lou, un combat contre le patriarcat. Mais au fond, il est important de ne plus se taire et tolérer ce genre d’agression et la présence d’un couple gay n’a au final guère d’importance tant cela devrait être dorénavant totalement accepté. Ce qui compte avant tout c’est que le scenario de Love Lies Bleeding se montre passionnant et intrigant de bout en bout. Sur un trame assez courante de règlement de compte de gangsters, la réalisatrice Rose Glass insuffle un petit coté fantastique qui apporte humour et curiosité.

Outre la noirceur mêlé à la fantaisie de cette histoire, nous serons subjugué par la beauté des images du long métrage. En plus de la découverte de l’impressionnante actrice Katy O’Brian et la prestation impeccable de Kristen Stewart, nous saluerons aussi la performance d’Ed Harris dans le rôle de son infâme paternel mais aussi de la méconnue Anna Baryshnikov très amusante en amoureuse obsessionnelle de Lou. Nous reconnaitrons à peine Jena Malone dans le rôle émouvant de la sœur battue de même que son tortionnaire incarné par Dave Franco.

Love Lies Bleeding de Rose Glass

Très différent de son premier film Saint Maud, la réalisatrice Rose Glass s’empare brillamment du genre du thriller avec Love Lies Bleeding. Elle sublime par sa réalisation magistrale une spirale de violence étouffante qui vient compliquer une belle histoire d’amour. Sombre parfois gore mais aussi par moment très amusant voir carrement barré, Love Lies Bleeding est une nouvelle réussite du studio A24.

MON AVIS :
5/5

A Lire Aussi

Kinds Of Kindness

KINDS OF KINDNESS de Yorgos Lanthimos [Critique Ciné]

Fort de tous les éloges faits à Pauvres Créatures, Yorgos Lanthimos revient déjà avec le déstabilisant Kinds Of Kindness.

Vice Versa 2

VICE VERSA 2 de Kelsey Mann {Critique Ciné]

Pixar tente de se relancer avec Vice Versa 2, une suite attendue depuis 9 ans qui n’arrive malheureusement pas à la hauteur du premier.

The Bikeriders

THE BIKERIDERS de Jeff Nichols [Critique Ciné]

Après sept ans d’absence, le réalisateur Jeff Nichols revient sur grand écran avec The Bikeriders, film hommage à tous les motards.

Love Lies Bleeding de Rose Glass [Critique CIné]

LOVE LIES BLEEDING de Rose Glass [Critique Ciné]

La réalisatrice de Saint Maud revisite avec brio le genre du thriller dans Love Lies Bleeding.

Les Guetteurs

LES GUETTEURS de Ishana Night Shyamalan [Critique Cinéma]

Suivant les pas de son père, Ishana Night Shyamalan passe à son tour à la réalisation de son premier film avec Les Guetteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.