TERREUR SUR LA VILLE de Charles B. Pierce [Critique Blu-Ray]

TERREUR SUR LA VILLE de Charles B. Pierce [Critique Blu-Ray]

Terreur Sur La Ville

Figurant parmi les tous premiers slashers de l’histoire du cinéma, Terreur Sur La Ville sort pour la première fois en France en combo Blu-Ray +DVD chez l’éditeur Rimini Éditions.

Suivant les traces encore sanglantes du Black Christmas de Bob Clark, Terreur Sur La Ville a participé à créer un genre nouveau dans le cinéma d’horreur. Devenu culte pour les spectateurs qui l’ont découvert à sa sortie en 1976, c’est aujourd’hui comme une page de l’histoire cinématographique que nous pouvons le (re)découvrir grâce à l’éditeur Rimini Éditions qui vient de l’ajouter à sa collection de luxueux digibook combo Blu-Ray + DVD depuis le 17 février 2022 .

Le plus effrayant à l’époque c’est que Terreur Sur La Ville est basé sur une histoire vraie. Se déroulant juste après la Seconde Guerre Mondiale, le film raconte l’histoire d’un tueur masqué surnommé The Phantom Killer qui a terrorisé la petite ville de Texacarna en tuant à l’aveugle les habitants qui ont eu la malchance de croiser sa route. Une histoire d’autant plus flippante que ce tueur n’a jamais été arrêté.

Terreur Sur La Ville

Venu du documentaire, Charles B. Pierce, le réalisateur de Terreur Sur La Ville a choisi de raconter cette inquiétante histoire un peu à la manière d’un docu-fiction, Porté par un narrateur qui nous apportera régulièrement des informations sur le déroulement de l’enquête, le film commence par nous présenter en détail la petite ville de Texacarna et ses us et coutumes à la sortie de la Guerre avec une scène de sortie de mariage qui ressemble curieusement beaucoup à un copié collé de celle au début du Rocky Horror Picture Show sorti l’année précédente. Ce n’est qu’après cette courte introduction que les choses sérieuses commencent vraiment avec la première attaque du tueur qui va s’en prendre à un couple d’amoureux dans leur voiture. Une scène particulièrement sauvage grâce à un travail très réussi sur le son entre les cris stridents de la victime et la respiration du tueur sous son masque.

Le film suivra alors l’enquête du Shérif local Norman Ramsey épaulé par le Marshall le plus réputé du Texas le Capitaine J.D. Morales. C’est sur un rythme très lent que se déroule cette affaire où les forces de l’ordre n’arrivent à obtenir aucun indices probants pour retrouver le tueur. Sachant se faire discret, il peut mettre plusieurs semaines avant de frapper à nouveau. Il ne manquera cependant pas de narguer les policiers en se promenant régulièrement près d’eux. Car sans son masque personne ne peut le reconnaître ! Le seul indice qui pourrait le trahir sont ses chaussures et c’est uniquement ce que le réalisateur nous montrera lors des errances du tueur. Jamais nous ne verrons son véritable visage, ni nous apprendrons quoi que ce soit sur ses motivations puisqu’en cherchant à rester fidèle à la véritable histoire, personne ne sait quoi que ce soit sur ce mystérieux assassin puisqu’il n’a jamais été appréhendé.

Terreur Sur La Ville

Si les scènes d’attaque du tueur avaient su terroriser les spectateurs à l’époque, elles se montreront bien moins impressionnantes aujourd’hui pour les férus de films d’horreur modernes. Si nous verrons un peu de sang, le réalisateur reste un peu trop souvent dans la suggestion et la bande originale de Jaime Mendoza-Nava n’arrivera rarement à transmettre la moindre angoisse. Alors que l’assassinat d’une jeune femme à l’aide d’un couteau attaché à un trombone à coulisse était à l’époque l’une des scènes les plus marquantes du film.  Bien qu’originale dans son genre, elle paraît aujourd’hui assez ridicule d’autant plus qu’on ne sait pas trop d’où sort cet instrument trouvé en pleine nature.

Cela collabore au plus gros problème du film qui joue régulièrement la carte d’un humour assez ridicule et malvenu. A voir certaines scènes, il y aura de quoi se demander si nous sommes vraiment devant un des premiers slashers ou plutôt de la première parodie du genre, ancêtre du Scary Movie des Frères Wayans. Une volonté peut être de désamorcer l’horreur de cette histoire pour ne pas trop choquer les spectateurs mais qui décrédibilise tout de même l’ensemble. Mention spéciale dans le genre à une course poursuite en voiture qui démarrait bien avant de se transformer en un sketch digne de Benny Hill. Si Terreur Sur La Ville a pu inspirer l’apparence du tueur dans le premier Vendredi 13 et donner quelques idées à John Carpenter pour son Halloween, on comprend cependant bien pourquoi il n’est que rarement cité comme une référence du film d’horreur.

C’est d’autant plus dommage que Terreur Sur La Ville met en scène de grands acteurs qui donneront leur maximum pour rendre cette histoire crédible. Les deux policiers sont en effet interprétés par Andrew Prine et l’oscarisé Ben Johnson plutôt connus pour leur carrière dans le Western. Ils retrouveront d’ailleurs leurs vieilles habitudes dans la dernière traque du tueur qui a été ajouté au scénario par Andrew Prine pour apporter une conclusion au film qui manquait dans le script même si celle ci est pour le coup imaginée de toutes pièces. Il n’y a pas vraiment de place pour les actrices dans ce récit où elles n’auront que des rôles de victimes. Certains d’entre vous reconnaîtront peut être parmi elle l’actrice Dawn Wells célèbre pour son rôle dans la série culte L’Île Aux Naufragés et ses différentes suites.

Terreur Sur La Ville

Terreur Sur La Ville aura peut être du mal aujourd’hui à convaincre les fans de film d’horreur qui ne l’avaient jamais vu. Nous sommes en effet bien loin de la sauvagerie d’un Wes Craven ou d’un Tobe Hooper qui à la même période sortait La Dernière Maison Sur La Gauche et Massacre A La Tronçonneuse. Il faut le regarder par curiosité comme les balbutiement d’un genre qui n’avait pas encore atteint son âge d’or. Quand aux fans de la première heure, ils seront certainement ravis de le revoir dans un Blu-Ray de cette qualité.

MON AVIS :
3/5

Terreur Sur La Ville

LE BLU-RAY

Une fois de plus Rimini Éditions nous sort une très belle remasterisation de ce long métrage de 1976. Les couleurs du Technicolor sont aussi rutilantes que dans le West Side Story de Steven Spielberg et l’image ne souffre d’aucun défaut. Présenté dans son mixage stéréo d’origine mais réhaussé en DTS HD, les différents sons les plus angoissants ressortiront très bien. Coté bonus, nous aurons le droit à des interviews récentes de l’acteur principal Andrew Prine, de l’actrice Dawn Wells et du directeur photo James Roberson qui nous apporterons chacun leur vision sur le film et des anecdotes très intéressantes sur sa conception.

Terreur Sur La Ville

A Lire Aussi

Les Chasseurs De Scalps

LES CHASSEURS DE SCALPS de Sydney Pollack [Critique Blu-Ray]

Le western Les Chasseurs de Scalps de Sydney Pollack vient de sortir pour le première fois en haute définition dans un combo Blu-Ray + DVD disponible depuis le 7 avril 2022.

Rock O Rico

ROCK-O-RICO de Don Bluth [Critique Blu-Ray]

Moins connu que ses plus grandes oeuvres, le long métrage animé Rock-O-Rico de Don Bluth s’offre une nouvelle chance avec sa sortie en combo Blu-Ray + DVD remasterisé.

L'Autouroute De L'Enfer

L’AUTOROUTE DE L’ENFER de Ate de Jong [Critique Blu-Ray]

La collection horrifique de l’éditeur Rimini Edition se poursuit avec le film d’aventure horrifique L’Autoroute De L’Enfer.

Terreur Sur La Ville

TERREUR SUR LA VILLE de Charles B. Pierce [Critique Blu-Ray]

TERREUR SUR LA VILLE de Charles B. Pierce [Critique Blu-Ray] Figurant parmi les tous premiers slashers de l’histoire du cinéma,

Le Cid

LE CID de Anthony Mann [Critique Blu-Ray]

Le Cid, grand classique d’Anthony Mann, est ressorti cette semaine dans un magnifique Digibook Blu-Ray + DVD chez Rimini Editions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.