A La UneCinémaCritique Ciné

DAAAAAALI! de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Daaaaaali! de Quentin Dupieux

Quentin Dupieux signe un hommage très singulier à Salvador Dali dans son nouveau film Daaaali!

Même en ayant vu tous les longs métrages de Quentin Dupieux, nous serons toujours surpris par le suivant. Au lieu de suivre un chemin tout tracé, le cinéaste ne cesse de nous surprendre en empruntant toujours des voies différentes pour ne jamais se répéter. Six mois à peine après le très réussi Yannick qui est devenu son plus gros succès, il est de retour avec Daaaaaali!. Un film en forme d’hommage au célèbre peintre Salvador Dali qui pourrait lui attirer un public encore plus large mais qu’il ne faut surtout pas prendre pour un biopic.

Il n’est pas étonnant qu’un maitre de l’absurde tel que Quentin Dupieux réalise un film autour de Salvador Dali tant les deux artistes semblent partager le même genre d’univers décalé. Si la vie de ce peintre excentrique pourrait largement donner lieu à un biopic académique, il ne fallait pas s’attendre à ce que Quentin Dupieux fasse ce genre de film sur le Maestro que celui-ci aurait sans aucun doute détester. De quoi se dire que si le peintre était encore en vie, il aurait certainement pu facilement trouver un rôle dans un film du réalisateur.

Daaaaaali! de Quentin Dupieux

Salvador Dali est bien au cœur du film mais le véritable personnage principal de Daaaaaali! est Judith. Une jeune journaliste encore peu aguerrie qui cherche à dresser le portrait du peintre pour un magazine. La mégalomanie de l’artiste la poussera cependant à voir plus grand en se retrouvant à la tète d’un grand documentaire pour le cinéma qu’elle aura bien du mal à réaliser à cause des caprices permanents du Maestro.

Si Daaaaaali! semble se détacher du total non-sens de la plupart des précédentes œuvres de Quentin Dupieux, il reste cependant vraiment désarçonnant même pour les habitués. Au lieu d’une histoire bien bâtit Daaaaaali! prend plutôt la forme d’un rêve tortueux et fantaisiste comme nous pouvons en faire parfois. Délaissant toute frise chronologique, le film enchaine les scènes toutes plus étranges les unes que les autres qui nous laisseront souvent interrogatif mais qui ne manqueront pas de nous faire souvent rire ou sourire. Citant les influences de Luis Buñuel déjà très présentes dans Incroyable Mais Vrai, le film nous fera aussi penser parfois aux films de Michel Gondry qui partage sans doute les mêmes influences dans la bizarrerie de certaines scènes. Les œuvres de Salvador Dali sont peu présentes mais se retrouvent par petites touches tout le long du film.

Daaaaaali! de Quentin Dupieux

Daaaali! est d’autant plus déconcertant qu’il met en scène pas moins de cinq acteurs dans le rôle du Maestro que nous pouvons voir comme les incarnations de l’artiste à différents âges. Dans le lot ce sont clairement Édouard Baer et Jonathan Cohen qui se démarquent le plus. ils font totalement oublier le type de personnages qu’ils incarnent la plupart du temps au cinéma ou à la télé pour vraiment devenir de très convaincants Salvador Dali dans ce qu’il avait de plus excentrique et mégalomaniaque. Apparaissant fort heureusement moins souvent dans le film, Gilles Lellouche et Pio Marmaï semblent moins habités par le rôle et peineront à convaincre. On peut penser que c’est par hommage à cet acteur que Quentin Dupieux a aussi choisi Didier Flamand pour incarner un vieux Dali plus anecdotique dans le récit.

Plus normale que dans Au Poste ou Incroyable Mais Vrai, Anaïs Demoustier, affublée d’une nouvelle perruque, trouve dans le rôle de la journaliste Judith, un nouveau rôle d’ingénue quelle campe toujours si bien. Outre Édouard Baer et Jonathan Cohen, celui qui nous étonnera vraiment dans le film est Romain Duris dans le rôle du producteur du documentaire qui nous offrira la scène la plus hilarante du long métrage. Le film réunit également quelques visages récurrents du cinéma de Quentin Dupieux dans de petits rôles comme Jérôme Niel, Marc Fraize ou Agnès Hurstel qui mériteraient tous de prendre du galon dans les prochains films du réalisateur.

Daaaaaali! de Quentin Dupieux

Hommage au personnage excentrique que pouvait être Salvador Dali, le nouveau film de Quentin Dupieux désarçonnera aussi bien les fidèles du réalisateurs que ceux venus par hasard en pensant voir un biopic du peintre. À force de jouer trop sur la folie du peintre, le film fini par paraître un peu trop caricatural mais aussi inégal dans les différentes interprétations de Dali. Moins inspiré que ses trois précédents films, Daaaaaali! déçoit un peu mais reste toujours aussi décalé et drôle.

MON AVIS :
4/5

A Lire Aussi

Daaaaaali! de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

DAAAAAALI! de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux signe un hommage très singulier à Salvador Dali dans son nouveau film Daaaali!

L'Étoile filante

L’ÉTOILE FILANTE de Abel et Gordon [Critique Ciné]

Le duo Abel & Gordon se frotte au Film Noir  de manière toujours aussi originale dans leur cinquième film L’Etoile Filante.

A Man

A MAN de Kei Ishikawa [Critique Ciné]

Film le plus récompensé au Japon en 2022, l’intriguant A Man mérite grandement d’être découvert.

Nicky Larson - City Hunter : Angel Dust

NICKY LARSON – CITY HUNTER : ANGEL DUST de Takeuchi Kazuyoshi [Critique Ciné]

Pour son trente cinquième anniversaire Ryo Saeba reprend du service dans le nouveau film Nicky Larson – City Hunter : Angel Dust.

Les Chambres Rouges

LES CHAMBRES ROUGES de Pascal Plante [Critique Ciné]

Thriller psychologique sortant totalement du commun Les Chambres Rouges est la très bonne surprise de la semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.