CinémaCritique Ciné

S.O.S. FANTÔMES : LA MENACE DE GLACE de Gil Kenan [Critique Ciné]

S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace

Deuxième volet de la nouvelle génération de Ghostbusters, S.O.S. Fantômes : La menace de Glace déçoit par son scénario loin de ce que nous pouvions espérer du retour de la saga.

C’était avec la plus grande des excitations que nous avions accueilli la nouvelle du retour de S.O.S. Fantômes au cinéma en 2021. Mais au final ce troisième film officiel fut malheureusement une déception de par son scenario qui ne faisait que resucer l’histoire du premier épisode en beaucoup moins bien. C’est donc avec beaucoup moins d’impatience, mais avec toujours un peu d’espoir, que nous avions encore envie de découvrir la suite en étant persuadé qu’un film S.O.S. Fantômes ne pouvait jamais vraiment nous décevoir complètement. Et pourtant c’est avec l’impression de voir notre jeunesse piétiné au sol que nous sortirons de cet affreux naufrage qu’est S.O.S Fantômes : La Menace De Glace.

Sans compter le remake au féminin dont Sony cherche désormais à faire oublier l’existence, si la franchise S.O.S. Fantômes s’était arrêté après le deuxième épisode en 1989, c’est parce que son réalisateur Ivan Reitman et l’acteur et coscénariste Harold Ramis s’étaient déjà rendu compte que cette suite n’était déjà pas au niveau du premier film. Et si depuis ils avaient souvent exprimé leur volonté de faire revenir un jour les chasseurs de fantômes, ils s’étaient pourtant privé de le faire tant qu’ils n’auraient pas trouver la bonne histoire à raconter. Face à l’insistance de Columbia de faire revivre la franchise, Ivan Reitman avait alors confié à son fils Jason la tâche de perpétuer l’héritage. Maintenant que les deux gardiens du temple ne sont malheureusement plus de ce monde, il semblerait que ce soit désormais le puissant Dieu Dollar qui a pris le contrôle de la franchise.

S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace

Après S.O.S. Fantômes : L’Héritage qui, comme les dernière trilogies Star Wars et Jurassic World, mélangeait l’ancienne génération de chasseurs de fantômes à une nouvelle génération bien plus jeune pour attirer les nostalgiques et les ados, cette suite est clairement destinée aux plus jeunes qui n’auront pas vu les premiers films et se n’auront rien à faire des « papis » qui font leur retour dans des rôles très secondaires. Le modèle de ce second volet est clairement les plus mauvais des films Marvel que Sony tente déjà d’imiter avec ses spin-off de Spider-Man pour spectateurs vraiment peu regardant sur la qualité du scenario ni même des effets spéciaux tant qu’il y a du pop-corn à manger.

Même si S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace semble vouloir démarrer sur les chapeaux de roues en débutant par une scène d’action mouvementée, le manque d’introduction à cette chasse à un dragon de glace nous empêchera d’être emporté par cette première séquence. Histoire de nous rafraichir la mémoire, les premiers dialogues entre les personnages se chargeront de résumer brièvement les évènements du précèdent épisode. La suite de l’histoire montrera que Jason Reitman et son coscénariste Gil Kenan, à qui il a refilé la réalisation de ce nouveau film, ne se souviennent plus trop des deux premiers films en évoquant une menace concernant le stockage des fantômes dans la caserne. La découverte d’une mystérieuse sphère enfermant un puissant esprit sera le catalyseur de cette nouvelle menace.

S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace

Prenant tout son temps pour installer son intrigue, S.O.S Fantômes : La Menace De Glace étonne par son enchaînement de scènes sans aucune unité de temps ni de lieu qui donne l’impression que le film a été fabriqué au montage. Les personnages que nous avons vu totalement ailleurs dans la scène précédente se retrouvent subitement la scène suivante dans de nouveaux endroits pour rejoindre d’autres personnages en apparaissant souvent de manière totalement incohérente. L’histoire se focalisera avant tout sur le personnage de Phoebe Spengler qui se verra écartée des Ghostbusters à cause de son jeune âge. Surfant sur le wokisme actuel, elle se liera d’une amitié semblant au début d’une amourette avec le fantôme d’une adolescente morte dans une incendie.

Une intrigue polluée par de nouveaux personnages secondaires inutiles et des acteurs comiques de seconde zone que l’on a marre de voir. Paul Rudd ne fait que se répéter dans un rôle qui ressemble bien trop à celui qu’il joue dans Ant-Man. Si Dan Aykroyd semble être celui qui se montre le plus intéressé à participer à ce soft reboot ehonté, Bill Murray semble encore avoir voulu jouer les divas en jouant les « special guest » tandis que Winston Zeddemore semble avoir été intégré juste pour ne pas créer de polémique sur son absence.

S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace

À croire que tout le budget de S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace est passé dan le casting, les effets spéciaux numériques sont absolument catastrophiques malgré le nombre de studios que l’on peut voir au générique. Au lieu d’un final dans un New York pris sous les glaces que Sony a voulu nous vendre, tout l’affrontement final se déroulera simplement dans le hall de la caserne des Ghostbusters devant un adversaire loin d’être aussi redoutable que promis. Un manque d’ambition vraiment regrettable qui prouve bien le peu de motivation de Columbia de nous offrir un long métrage véritablement à la hauteur du mythe. Là ou le premier S.O.S. Fantômes pouvait séduire petits et grands par son scénario et ses dialogues à plusieurs degrés de lecture cette suite s’adresse clairement aux ados décérèbres.

S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace

Plus les suites s’enchainent et plus on comprend pourquoi Harold Ramis et Ivan Reitman s’étaient longtemps opposés à l’idée. S.O.S. Fantômes : La Menace De Glace n’est qu’un film opportuniste cherchant à se faire de l’argent sur la nostalgie du premier film sans se montrer à la hauteur de son héritage. Un quatrième film tellement décevant qu’il faut espérer qu’il se plante au Box Office pour couper toute envie à Sony de poursuivre le massacre.

MON AVIS :
2/5

A Lire Aussi

When Evil Lurks de Demián Rugna |Critique Ciné]

WHEN EVIL LURKS de Demián Rugna [Critique Ciné]

Récompensé au Festival Fantastique de Gérardmer, When Evil Lurks innove dans le film de possession.

Le Deuxième Acte de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

LE DEUXIEME ACTE de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux est déjà de retour avec Le Deuxième Acte choisi  à juste titre comme film d’ouverture du Festival De Cannes 2024.

Blue & Compagnie

BLUE & COMPAGNIE de John Krasinski [Critique Ciné]

Après l’horreur, John Krasinski se lance dans le film pour enfants avec un Blue & Compagnie bien moins réussi que ses prestigieuses inspirations.

Comme Un Lundi de Ryo Takebayashi [Critique Ciné]

COMME UN LUNDI de Ryo Takebayashi [Critique Ciné]

Un Jour Sans Fin devient une semaine entière dans la délirante comédie japonaise Comme Un Lundi.

Wake Up de RKSS [Critique Ciné]

WAKE UP de RKSS [Critique Ciné]

Slasher sans aucun complexes, le sauvage Wake Up saura vous divertir malgré sa bêtise apparente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.