CinémaCritique Ciné

L’ÉTOILE FILANTE de Abel et Gordon [Critique Ciné]

L'Etoile Filante

Le duo Abel & Gordon se frotte au Film Noir  de manière toujours aussi originale dans leur cinquième film L’Etoile Filante.

Si vous voulez être certain de voir un film qui sort de l’ordinaire, vous pouvez compter sur le duo Abel & Gordon. Deux clowns passés au cinéma avec des longs métrages aussi poétiques que délirants.  Pour leur cinquième film L’Etoile Filante, ils ont décidé de se frotter au genre du Film Noir sans rien perdre de leur folie et de leur humour pour un résultat détonnant qui mérite de fouiller un peu pour trouver l’une des rares salles de cinéma qui aura l’audace de le diffuser.

L’Étoile Filante c’est le nom du bar où travaille Boris, un activiste responsable d’un attentat dont les médias ont fini par retrouver la trace. Menacé par un ambulancier manchot en quête de vengeance, il trouvera par hasard un homme qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Avec ses complices Kayoko et Tim, ils vont mettre en place un stratagème pour que les deux hommes échangent leur vies. C’était cependant sans compter sur son ex-femme détective privée qui va rendre les choses plus compliquées que prévues. 

Le belge Dominique Abel et la canadienne Fiona Gordon forment un duo dont tous les cinéphiles ont forcement entendu parler depuis leur premier film L’Iceberg en 2005. Mais combien ont osé découvrir leur univers si particulier sur grand écran ? Venus du théâtre où ils avaient formé la compagnie Courage Mon Amour, les deux artistes sont à la fois des clowns, des mimes et des danseurs avec un véritable grain de folie. Ils manient un humour burlesque digne de Charlie Chaplin et Buster Keaton qui repose avant tout sur un humour visuel et souvent absurde qui fait aussi penser par moment aux longs métrages de Quentin Dupieux voir même de Wes Anderson.

Décrit comme un Film Noir mais en couleurs, L’Étoile Filante reprend en effet certains codes du polar dans son esthétique très soigné. La folie visuelle d’Abel et Gordon ne se voit pas que dans les gags mais aussi bien souvent dans la manière dont les plans du film sont composés faisant parfois penser à des cases de bande dessinées. La scène où Boris va se remémorer le jour de son attentat mériterait largement d’être étudiée dans toutes les écoles de cinéma tant elle est magnifique.

Il ne faudra cependant pas aller voir L’Étoile Filante en espérant y trouver une véritable intrigue policière. Tout le film repose sur cette rencontre entre Boris et Dom joués tous les deux par Dominique Abel et sur les complications que posent l’échange de leurs vies. S’y greffe le parcours de la détective privée jouée par Fiona Gordon à la recherche de son mari. Comme une sorte de running gag, l’homme qui veut se venger de Boris réapparaitra régulièrement dans l’histoire avec bien des difficultés pour exercer sa vengeance. Le tout sur fond d’une grève du personnel hospitalier qui donnera lieu à d’autres scènes très amusantes.

L’Étoile Filante a aussi un petit coté théâtrale dans l’impression qu’il donne de voir vraiment une troupe à l’œuvre. Abel et Gordon y retrouve deux fidèles de leur films : Phillipe Martz qui incarne le portier de L’Etoile Filante et complice de Boris et Kayoko et qui pourrait bien jouer lui même le sosie de Gérard Depardieu. Aussi de retour, Bruno Romy joue l’homme qui veut se venger de Boris. Abel et Gordon ont eu l’excellente iddée de recruter en plus la danseuse et chorégraphe japonaise installée en France Kaori Ito qui ne semble avoir eu aucun mal à partager le même grain de folie au point de leur voler la vedette. 

En cette période où grand nombre de spectateurs cherchent à fuir cette période par le rire, L’Étoile Filante est certainement l’un des meilleurs remède à cette morosité ambiante. Une comédie burlesque et décalée qui séduira sans peine tous ceux à la recherche d’un cinéma sortant de l’ordinaire. Ils en auront largement pour leur argent par la sublime mise en scène et l’aspect très clownesque du film tandis que les fans de la première heure d’Abel & Gordon seront certainement ravis d’y retrouver tout ce qu’ils aiment.

MON AVIS :
4/5

A Lire Aussi

Bob Marley : One Love

BOB MARLEY : ONE LOVE de Reinaldo Marcus Green [Critique Ciné]

Bien trop inspiré par Bohemian Rhapsody, le biopic Bob Marley ; One Love aura bien du mal à nous convaincre.

Madame Web

MADAME WEB de S.J. Clarkson [Critique Ciné]

Après Venom et Morbius, le Spiderverse de Sony Pictures  accueille Madame Web dans un long métrage qui risque de faire rager les fans.

Daaaaaali! de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

DAAAAAALI! de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux signe un hommage très singulier à Salvador Dali dans son nouveau film Daaaali!

L'Étoile filante

L’ÉTOILE FILANTE de Abel et Gordon [Critique Ciné]

Le duo Abel & Gordon se frotte au Film Noir  de manière toujours aussi originale dans leur cinquième film L’Etoile Filante.

A Man

A MAN de Kei Ishikawa [Critique Ciné]

Film le plus récompensé au Japon en 2022, l’intriguant A Man mérite grandement d’être découvert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.