CinémaCritique Ciné

UNE ANNÉE DIFFICILE de Éric Toledano et Olivier Nakache [Critique Ciné]

Sans trop de convictions, Éric Toledano et Olivier Nakache tentent de nous sensibiliser à la crise climatique dans leur nouveau film Une Année Difficile.

Passé le confinement, Eric Toledano et Olivier Nakache ont choisi eux aussi de traiter dans leur nouveau film Une Anneé Difficile de l’oposition entre ceux qui pensent à la fin du monde quand d’autres pensent de manière plus concrète à la fin du mois. Comme le montre le prologue du film, Une Année Difficile c’est ce que tous les Présidents de la République successifs n’ont cessé de nous  répéter chaque année dans leur vœux du 31 décembre pour justifier leurs actions. Une manière évidente de résumer ce que doit subir chaque année une bonne majorité français qui auront toujours diverses épreuves à affronter au fil des mois sans parler de la situation mondiale toujours tendue à laquelle nous devons tous faire face. 

Cette Année Difficile est illustré par l’histoire de Albert et Bruno, deux hommes qui ont pour point commun d’être tous les deux surendettés et dont les manigances pour s’en sortir vont finir par les faire se croiser et devenir amis. Profitant des bières gratuites offertes lors d’une réunion de militants écologiques, ils vont voir en leurs actions l’occasion de se faire en douce de l’argent facile en détournant les meubles et objets récupéré pour la bonne cause et tenteront tous les deux au passage de séduire Cactus, la chef du mouvement.

Une Année Difficile

Empêcher le surendettement pour lutter contre la surconsommation responsable du réchauffement climatique c’est en substance le message un peu trop bien pensant et totalement naïf des réalisateurs Éric Toledano et Olivier Nakache qui nous avaient habitué à plus de finesse et de profondeur. Même s’ils se sont comme d’habitude beaucoup documenté sur les sujets traités dans Une Année Difficile, nous aurons cette fois ci bien du mal à croire qu’ils se sont vraiment senti mobilisés par la cause qu’ils défendent ici. Alors que leur précédents films donnaient toujours envie d’en savoir plus sur le sujet en allant se documenter à notre jour, leur manque de conviction flagrante n’incitera clairement pas à les suivre dans cette nouvelle cause.

Bien que tourné avec de véritables activistes dans les rôles figuratifs, Une Année Difficile donne en effet une bien piètre image de ce mouvement. Parce qu’il s’agit tout de même avant tout d’une comédie, même sociale, ces militants sont tournés clairement au ridicule dans leur conviction dans le simple but de nous amuser.  De plus la portée de leurs actions coup de poing dont ils sont si fiers ne sera jamais démontré tant il ne s’agit au final qu’une goutte d’eau dans un océan qui feront peut être parler d’elles sur le moment mais qui ne régleront certainement pas le problème.

Une Année Difficile

Sur ce message écologique qui ne tient pas vraiment la route, repose heureusement le parcours vraiment très amusant de ces deux héros Albert et Bruno qui prendront pour pseudonymes dans le mouvement Poussin et Lexo. Deux véritables roublards brillamment interprétés par Pio Marmaï et Jonathan Cohen qui ne cesseront de nous faire rire à travers leurs déboires et magouilles. Les deux acteurs s’en donnent à cœur joie et permettront de passer un vrai bon moment même si nous n’avons qu’à faire des actions inutiles de ce mouvement écologique. Ils sont bien épaulés dans l’humour par Mathieu Amalric dans le rôle d’un homme censé donné des conseils contre le surendettement mais qui est lui même interdit de casino après y avoir perdu des sommes colossales. 

Apres avoir passé quatre ans sur la version française de la série En Analyse pour Arte, Éric Toledano et Oliver Nakache semblent avoir  voulu mettre trop de choses dans le même film. Ils s’embarrassent de tellement de personnages secondaires assez inutiles  que que certains éléments de l’intrigue seront laissés sans véritable conclusion. L’aspect comédie romantique finira par prendre bien trop le dessus dans le climax du film au retournement de situation bien trop prévisible au point que les messages sur le surendettement et la crise écologique sembleront oubliés. Si Noémie Merlant donne effectivement envie de tomber amoureux, la conclusion à l’eau de rose perd totalement pied avec la réalité et donne l’impression que les deux réalisateurs ne savaient pas trop comment conclure leur histoire et ont voulu finir par une Happy End pour ne pas trop déprimer les spectateurs à la sortie de salle.

Une Année Difficile

Apres les grandes réussites qu’étaient Le Sens De La Fête et Hors Normes, Éric Toledano et Olivier Nakache sont à nouveau victimes d’une sortie de route à la Samba avec ce nouveau long métrage qui n’arrivera  à sensibiliser à la crise climatique que ceux qui sont déjà convaincus de l’urgence de la situation. Une Année Difficile a le mérite d’ouvrir le débat mais n’apportera pas de véritable éclairage sur ce qu’il est encore possible de faire pour éviter la catastrophe. Nous en sortirons tout de même en nous étant bien amusé devant l’impeccable duo formé par Pio Marmaï et Jonathan Cohen.

MON AVIS :
3/5

A Lire Aussi

Pourquoi Tu Souris ?

POURQUOI TU SOURIS ? de Christine Paillard & Chad Chenouga [Critique Ciné]

Réunissant Jean Pascal Zadi et Raphaël Quenard, Pourquoi Tu Souris ? est un beau portrait de la France d’aujourd’hui.

Le Comte De Monte-Cristo

LE COMTE DE MONTE-CRISTO de Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière [Critique Ciné]

Le « AlexandreDumasVerse » de Pathé se poursuit avec une nouvelle adaptation sous forme de blockbuster du Comte De Monte-Cristo.

Kinds Of Kindness

KINDS OF KINDNESS de Yorgos Lanthimos [Critique Ciné]

Fort de tous les éloges faits à Pauvres Créatures, Yorgos Lanthimos revient déjà avec le déstabilisant Kinds Of Kindness.

Vice Versa 2

VICE VERSA 2 de Kelsey Mann {Critique Ciné]

Pixar tente de se relancer avec Vice Versa 2, une suite attendue depuis 9 ans qui n’arrive malheureusement pas à la hauteur du premier.

The Bikeriders

THE BIKERIDERS de Jeff Nichols [Critique Ciné]

Après sept ans d’absence, le réalisateur Jeff Nichols revient sur grand écran avec The Bikeriders, film hommage à tous les motards.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.