Blu-Ray, DVD & VODCritique Blu-Ray, DVD & VOD

DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT de Charles E. Sellier Jr. [Critique Blu-Ray]

Douce Nuit, Sanglante Nuit

Pour Noël, la Collection Angoisse de Rimini Editions accueille le slasher culte Douce Nuit, Sanglante Nuit en combo Blu-Ray + 2 DVD.

S’il n’y a pas d’enfants à la maison pour Noël pourquoi ne pas regarder un classique du slasher plutôt que les sempiternelles films familiaux plein de bons sentiments que l’on trouver sur toutes les chaînes ou plateformes. C’est le programme que vous propose l’éditeur Rimini Editions en sortant à point nommé le film d’horreur Douce Nuit, Sanglante Nuit. Le nouveau long métrage à rejoindre la collection Angoisse de l’éditeur avec un nouveau combo Blu-Ray + Double DVD proposant la version cinéma et la version non censurée du film culte.

Douce Nuit, Sanglante Nuit débute en 1971 à la vieille du Noël où le petit Billy est allé rendre visite à son papi avec ses parents dans un asile psychiatrique. Habituellement mutique, il va effrayer le jeune garçon en lui disant que le Père Noël le punira s’il n’a pas été gentil durant l’année. Le pauvre Billy en aura la confirmation lorsqu’en rentrant ils seront attaqués par un braqueur déguisé en Père Noël qui va tuer ses parents devant ses yeux. Placé à l’orphelinat, il gardera le souvenir traumatisant encore treize ans plus tard. Alors qu’il travaillait dans l’entrepot d’un magasin de jouets, il sera contraint d’y jouer le Père Noël. Mais après la fête de fin de période, un abus d’alcool va le faire se transformer en un véritable Père Fouettard qui va punir tous ceux qui ne sont pas sages.

Douce Nuit, Sanglante Nuit

Des Pères Noël tueurs le cinéma nous en a offert beaucoup mais sorti en 1984, le film Douce Nuit, Sanglante Nuit était alors l’un des premiers du genre. Réalisé par Charles E. Sellier Jr plus connu en tant que producteur qu’en réalisateur, le slasher avait réussi à faire plus d’entrées que Les Griffes De La Nuit de Wes Craven à son lancement la même semaine aux Etats Unis. Devenu culte, il est même devenu le premier épisode d’une longue saga de sept épisodes de plus en plus éloignés de l’histoire d’origine. Hasard du calendrier, il sort en Blu-Ray et DVD en France au moment où Eli Roth sort au cinéma son film Thanksgiving, La Semaine De L’Horreur dont la fausse bande annonce dans Grindhouse ressemblait beaucoup dans le style à Douce Nuit, Sanglante Nuit avant que le véritable film sorti en salles ne soit au final totalement aseptisé.

C’est vraiment au second degré qu’il faut aujourd’hui regarder Douce Nuit, Sanglante Nuit plus proche du nanard que du véritable chef d’œuvre de l’horreur. Le film baigne dans une nostalgie de la fin des années 70 début 80 où tout était encore permis. Il commence comme une sorte de thriller psychologique retraçant les traumatismes subit par le petit Billy, témoin du meurtre de ses parents et maltraité par la Mère supérieur de l’orphelinat où il avait atterrit. Alors que généralement les tueurs des slashers sont des monstres inconnus comme Jason Voorhees dans Vendredi 13 ou Michael Myers dans Halloween, ce point de départ dramatique fait vraiment de Billy le malheureux héros du film même lorsqu’il va se mettre à tuer aveuglement.

Douce Nuit, Sanglante Nuit

Il suffit de voir les derniers films d’horreur sortis au cinéma pour se rendre compte que nous ne sommes pas prêts de revoir un jour des slashers comme Douce Nuit, Sanglante Nuit. Il n’y a bien que la saga Terrifier pour s’en inspirer encore parce qu’elle n’est pas produite par un grand studio avec un troisième épisode qui se passera aussi à Noël. Douce Nuit, Sanglante Nuit n’hésite pas à clairement abuser dans les scènes de sexe souvent totalement gratuites plus fréquentes au début du film que les meurtres. Visiblement il n’y avait pas de budget pour des soutiens gorges et le budget effets spéciaux n’était certainement pas non plus très conséquent mais on s’amusera des différents meurtres même si nous aurions aimé qu’ils soient un peu plus nombreux.

Incarné par Robert Brian Wilson, le tueur à gueule d’ange de Douce Nuit, Sanglante Nuit n’est pas sans faire penser à Michael C. Hall dans Dexter. Mais si le scénario possède une vrai dimension psychologique, l’acteur n’aura pas grand chose à défendre en terme d’émotion à partir du moment où il aura basculé dans la folie. Ce sont au fond les enfants Jonathan Best et  Danny Wagner qui tenaient le rôle de Billy à 5 et 8 ans qui avaient plus de sentiments à faire passer. L’innocence d’un tout jeune enfant avant la tragédie et le traumatisme du drame vécu. Véritable chair à canon, les autres personnages feront très caricaturaux accentuant l’aspect nanard du long métrage.

Douce Nuit, Sanglante Nuit

Slasher comme nous n’aurons quasiment plus l’occasion de voir, Douce Nuit, Sanglante Nuit peut se vanter d’être à la fois un classique mais aussi un nanard comme on les aime. Il suffit de voir le nombre de films qu’il a inspiré pour ne pas douter de son statut culte. Un slasher au scénario intelligent qui donne la part belle au tueur, c’est suffisamment rare pour ne pas être découvert.

MON AVIS :
3/5

LE BLU-RAY :  Puisque que Rimini Editions nous donne le choix, c’est clairement la version non censurée qu’il faudra regarder avant tout. Les ajouts seront flagrants car ils ne profitent malheureusement pas de la restauration du reste du film. En plus d’ajouter des détails plus gore dans le film, ils rajoutent aussi quelques plans qui rallongent le suspense de certaines scènes. Un tel nanard donnerait envie le voir avec des scratches sur la pellicule façon Grindhouse mais c’est  un master quasi impeccable que nous propose encore l’éditeur avec juste quelques aspérités par moment. Bien qu’en mono, la bande son permet de bien profiter de l’excellente bande originale du film. Dommage en revanche de ne pas nous avoir proposé le moindre bonus en dehors du livret de 24 pages pour en savoir plus sur le film.

A Lire Aussi

Comme Une Louve

COMME UNE LOUVE de Caroline Glorion [Critique DVD]

Passé trop inaperçu en salles, Comme Une Louve mérite d’être découvert avec sa sortie en DVD.

Lost In The Night

LOST IN THE NIGHT de Amat Escalante [Critique DVD]

Méritant d’être découvert, Lost In The Night, le dernier film d’Amat Escalante est maintenant disponible en DVD chez l’éditeur Blaq Out.

Meurtres Da,s La110e Rue

MEURTRES DANS LA 110e RUE de Barry Shear [Critique Blu-Ray]

Le polar 70’s Meurtres Dans La 110e Rue sort pour la première fois en combo Blu-Ray + 2 DVD chez Rimini Editions.

Le Comédien

LE COMÉDIEN de Sacha Guitry [Critique Blu-Ray]

L’éditeur Rimini Editions sort pour la première fois Le Comédien et Le Diable Boiteux de Sacha Guitry dans de très belles éditions collector combo Blu-Ray + 2DVD.

La Bête Dans La Jungle

LA BÊTE DANS LA JUNGLE de Patric Chiha [Critique DVD]

Destiné aux plus curieux des cinéphiles, La Bête Dans La Jungle s’offre une deuxième chance en DVD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.