CinémaCritique Ciné

SISU, DE L’OR ET DU SANG de Jalmari Helander [Critique Ciné]

Sisu, De L'Or Et Du Sang

Après avoir fait sensation en festival, le film d’action finlandais Sisu, De L’Or Et Du Sang sort dans les salles françaises cette semaine.

Est-ce la traque de nazis imaginaires de Vladimir Poutine en Ukraine qui inspire les réalisateurs pour un revival d’une sorte de Naziploitation ? Dans la lignée des récents Blood and Gold ou Mad Heidi et dans l’attente du cinquième Indiana Jones, ils sont au cœur de l’intrigue de Sisu, De L’Or Et Du Sang. Un surprenant film d’action finlandais réalisé par Jalmari Helander connu pour son film Big Game qui trouve par miracle sa place dans les salles obscures françaises entre deux Blockbusters ce 21 juin 2023

Mélange entre Inglourious Basterds et The Hateful Eight, Sisu De L’Or Et Du Sang débute comme une sorte de Western en pleine Seconde Guerre Mondiale. Alors que les nazis fuient la Finlande en pratiquant la politique de la terre brulée, une ancien membre d’un commando finlandais responsable à lui seul de la mort de plus de 300 combattants russes a décidé de mettre la guerre derrière lui pour devenir chercheur d’or. Apres avoir découvert un très gros filon, il va croiser la route d’une dernière garnison de soldats nazis qui vont vouloir s’emparer de son trésor. Mais ils ne savent pas encore sur qui ils sont tombés…

Sisu, De L'Or Et Du Sang

Chapitré comme les films de Quentin Tarantino, Sisu De L’Or Et Du Sang  prend  son temps pour rentrer dans le vif de l’action. Le film mérite cependant de ne pas être jugé trop à la hâte car le premier face à face entre le vieux chercheur d’or et les soldats nazis justifie à lui seul la sortie du film sur grand écran. À partir de là le film tournera au Survival et au Revenge Movie sanglant. C’est avec un plaisir sadique que nous attendrons chaque affrontement entre le vieux soldat et les nazis curieux de voir comment il va à lui seul pouvoir décimer ce bataillon entier.

Si le film ne manque pas de moments de bravoure avec de nombreux passages mémorables, nous aurions cependant aimé un rythme un peu plus soutenu et encore plus de délires car le réalisateur Jalmari Helander n’est pas le premier à nous sortir ce genre de séries B à ne pas prendre au sérieux depuis le Dead Snow de Tommy Wirkola. En plus de ce soldat redoutable, le film met aussi en scène un groupe de femmes prisonnières des nazis qui ne sont pas sans faire penser a celles de Mad Max : Fury Road. Une fois armées, elles se montreront aussi de redoutables adversaires même si elles ne sont pas au niveau des héroïnes des films de Russ Meyer ou de Bitchslap qui s’en inspirait.

Sisu, De L'Or Et Du Sang

Pour jouer ce vétéran de guerre, le réalisateur Jalmari Helander a fait appel à Jorma Tommila, l’un de ses acteurs fétiches qui était déjà dans ses films Père Noël Origines et Big Game. Même avec ce rôle de taiseux, l’acteur en impose vraiment avec ce personnage bien badass.  Dans le rôle du colonel Nazi, Asksel Hennie est un impeccable salopard que nous prendrons  plaisir à détester. Dommage cependant d’avoir fait naviguer les nazis entre l’allemand et l’anglais dans la version originale pour des raisons purement commerciales. En tête des prisonnières, Mimosa Willamo se montre aussi convaincante même si son groupe n’a pas vraiment pu etre mis en avant dans ce film qui se focalise surtout sur le chercheur d’or.

Sisu, De L'Or Et Du Sang

D’habitude destiné à des sorties directes en vidéo, cela fait plaisir de voir pour une fois une Série B  sortant un peu de l’ordinaire telle que Sisu, De L’Or Et Du Sang avoir le droit à une exploitation en salles. Si le film ne trouvera pas un large public en cette période où les blockbusters s’enchaînent, nul doute que les fans du genre ne regretteront pas d’avoir donné sa chance à ce revenge movie tendu rempli de moments de bravoure qui marqueront les esprits.
MON AVIS :
3/5

A Lire Aussi

Kinds Of Kindness

KINDS OF KINDNESS de Yorgos Lanthimos [Critique Ciné]

Fort de tous les éloges faits à Pauvres Créatures, Yorgos Lanthimos revient déjà avec le déstabilisant Kinds Of Kindness.

Vice Versa 2

VICE VERSA 2 de Kelsey Mann {Critique Ciné]

Pixar tente de se relancer avec Vice Versa 2, une suite attendue depuis 9 ans qui n’arrive malheureusement pas à la hauteur du premier.

The Bikeriders

THE BIKERIDERS de Jeff Nichols [Critique Ciné]

Après sept ans d’absence, le réalisateur Jeff Nichols revient sur grand écran avec The Bikeriders, film hommage à tous les motards.

Love Lies Bleeding de Rose Glass [Critique CIné]

LOVE LIES BLEEDING de Rose Glass [Critique Ciné]

La réalisatrice de Saint Maud revisite avec brio le genre du thriller dans Love Lies Bleeding.

Les Guetteurs

LES GUETTEURS de Ishana Night Shyamalan [Critique Cinéma]

Suivant les pas de son père, Ishana Night Shyamalan passe à son tour à la réalisation de son premier film avec Les Guetteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.