UNCHARTED de Ruben Fleischer [Critique Ciné]

UNCHARTED de Ruben Fleischer [Critique Ciné]

Uncharted

L’adaptation tant attendue du jeu vidéo Uncharted voit enfin le jour sous la direction du réalisateur de Bienvenue à Zombieland et Venom.

Véritable monument du jeu video qui a fait les grandes heures de la Playstation depuis sa troisième génération en 2007 par son aspect très cinématographique époustouflant, il était normal que la saga Uncharted finisse à son tour par devenir un véritable long métrage. Coincé dans l’enfer du développement depuis  plus d’une bonne dizaine d’années avec différents réalisateurs qui se sont succédé à sa barre avant de tous finir par abandonner le navire, cette adaptation voit enfin le jour sous la direction de Ruben Fleischer qui nous avait tant régalé avec Bienvenue à Zombieland avant de nous décevoir si cruellement  avec le navrant Venom.

Alors que peu de jeux vidéo ont à ce jour réussi leur portage sur grand écran, nos espoirs d’une adaptation réussie d’Uncharted ont vite été refroidies lorsque Sony Pictures a engagé le fidèle Tom Holland, déjà héros des derniers Spider-Man, et Mark Whalberg pour incarner respectivement une version rajeunie de son héros Nathan Drake et de son mentor Victor Sullivan. A toujours chercher à vouloir contrarier les fans de jeu vidéo plutôt qu’a les surprendre, c’est à se demander quand est-ce-que les grands studios hollywoodiens vont finir par comprendre que ce sont avant tout eux qui iront les premiers se précipiter en salles pour découvrir une adaptation de leur jeu préféré ? Car quel genre de spectateurs lambda  pourrait avoir envie de voir au cinéma un ersatz d’Indiana Jones ou de Tomb Raider  s’ils n’ont jamais entendu parler de cette saga ?

Uncharted

SI ce rajeunissement des personnages pouvait nous laisser croire que le film nous proposerait du coup une histoire inédite, nous serons étonné de voir qu’il commence par une reproduction très fidèle d’une scène du jeu Uncharted 3 : L’Illusion De Drake. C’est à se demander du coup quel intérêt il y avait à ne pas respecter ainsi l’âge du héros surtout lorsque dans la scène suivante nous ferons un saut dans le temps 15 ans plus tôt pour voir un Nathan Drake encore plus jeune faire ses adieux à son frère Sam comme dans Uncharted 4 : A Thief’s End. Comme dans le déroulé des jeux, le film reviendra ensuite dans le présent jusqu’à nous conduire à découvrir comment Nathan Drake s’est trouvé dans la fâcheuse position dans laquelle il commence cette aventure. Mais pour en arriver là, cette adaptation nous plongera avant dans d’interminables scènes privilégiant les dialogues à l’humour de bas étage typiquement hollywoodien. Un véritable calvaire pour les fans du jeu qui était en droit de s’attendre au contraire à un enchainement de scènes d’exploration de lieux truffées d’énigmes et de pièges à la Indiana Jones et de grandes scènes d’action époustouflantes qui nous en mettent plein la vue. 

Au lieu de cela, nul doute que le scenario d’Uncharted énervera plus d’un cinéphile lassé de voir sans arrêts les mêmes facilités scénaristiques que dans la majorité des films du genre mais pouvions nous attendre mieux de la part des scénaristes de Transformers : The Last Knight et de Men In Black International ? Comment ne pas être effaré par la scène dans laquelle Nathan Drake est censé avoir réussi à pénétrer dans un lieu souterrain secret où personne n’a pu accéder depuis 500 ans et finira par déboucher directement dans une boite de nuit en poussant simplement une bête grille d’aération ! Et en plus de cela, une autre grille surplombait directement le lieu secret depuis la rue ! Il ne faudra pas se  poser non plus de question lorsque les méchants de l’histoire se retrouveront par hasard exactement à l’endroit où une carte secrète a conduit Nathan Drake ni que les précieux navires disparus étaient au creux d’un large cratère qui permet de les hélitreuiller sans peine. 

Loin d’être le film capable de donner un coup de vieux a la saga Indiana Jones et mettre une claque aux adaptations décevantes de Tomb Raider, nous assistons misérablement à une sorte de sous Benjamin Gates dans lequel nous ne retrouverons jamais les prouesses de mise en scène et l’humour du premier Zombieland mais malheureusement bien toute la nullité de Venom. Le réalisateur ne pourra pas blâmer cette fois ci un problème de montage car tout est vraiment raté.

Uncharted

Quand à Tom Holland il aura bien de la peine a nous convaincre dans le rôle de Nathan Drake comme il a déjà du mal à jouer un Peter Parker convaincant par rapport à ses prédécesseurs qui font encore tout l’attrait de Spider-Man : No Way Home. Le réalisateur a beau abuser des plans sur le corps bodybuildé impressionnant de l’acteur, sa tète bien trop juvénile ne correspond vraiment pas au personnage tel que nous le connaissons dans les jeux. Quand à Mark Wahlberg, il n’arrivera pas plus à nous convaincre dans le rôle du mentor Victor Sullivan qui a normalement les cheveux blancs et une moustache. Le film nous donne en fait plus l’impression que les deux acteurs réunis forment en fait ensemble le véritable Nathan Drake de la saga vidéoludique plutôt que deux personnages différents.

Il n’y aura pas mieux a dire sur un Antonio Banderas que l’on pensait au début plutôt crédible dans le rôle du grand méchant typique des jeux Uncharted avant de découvrir qu’il ne sert en fait strictement à rien dans cette histoire. Issue de la série Grey’s AnatomySophia Taylor Ali fait aussi une bien piètre Chloe Frazer. Quand à Tati Gabrielle elle donne l’impression de sortir tout droit de sa série Les Nouvelles Aventures De Sabrina tant elle a la même apparence et le même caractère.

Uncharted

Comment une telle saga vidéoludique peut donner naissance à un film aussi raté après autant d’années d’efforts ? Mettre si longtemps pour pondre une adaptation aussi décevante, c’est à se demander pourquoi Sony Pictures a fini par sortir un tel naufrage si ce n’est par pur appât du gain. Et si une suite semble être déjà en cours de route à en croire les deux scènes du générique de fin, il faut espérer que le premier film fasse un vrai bide pour que celle ci ne voit jamais le jour.

MON AVIS :
0/5

0/5

A Lire Aussi

Coupez !

COUPEZ ! de Michel Hazanavicius [Critique Ciné]

Avec Coupez !, Michel Hazanavicius se lance un pari fou en signant le remake d’une célèbre série z japonaise.

The Northman

THE NORTHMAN de Robert Eggers [Critique Ciné]

Avec The Northman, Robert Eggers sera t-il capable de nous étonner autant qu’avec ses précédents films ?

Le Roi Cerf

LE ROI CERF de Masashi Ando & Masayuki Miyaji [Critique Ciné]

Ancien animateur du Studio Ghibli, Masashi Ando passe pour la première fois à la réalisation chez Production I.G. avec Le Roi Cerf.

Doctor Strange In The Multiverse Of Madness

DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS de Sam Raimi [Critique Ciné]

Doctor Strange est de nouveau confronté au Multiverse dans sa seconde aventure solo Doctor Strange In The Multiverse Of Madness.

Vortex

VORTEX de Gaspar Noé [Critique Ciné]

Gaspar Noé va de nouveau vous nouer les tripes avec son nouveau film Vortex.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.