CinémaCritique Ciné

L’ANNÉE DU REQUIN de Ludovic & Zoran Boukherma [Critique Ciné]

L'ANNÉE DU REQUIN de Ludovic & Zoran Boukherma

L'Année Du Requin - Copyright The Jokers / Les Bookmakers

Les réalisateurs du film de loup garou Teddy s’attaque au film de requins avec L’Année Du Requin.

Alots qu’on ne compte plus les milliers de films et téléfilms sur des requins tueurs qui ont pu sortir avant même Les Dents De La Mer et encore plus après ,il n’y avait jusqu’à aujourd’hui aucun film français dans le genre. Seul le réalisateur Alexandre Aja s’en était en quelque sorte approché avec son remake bien personnel de Piranhas qu’il avait tout de même du faire produire par les américains. Il aura fallu l’audace habituelle des distributeurs de The Jokers pour permettre aux frangins Ludovic et Zoran Boukherma de se lancer dans la réalisation du premier film de requin français après leur tentative assez particulière de faire un film de loup garou avec leur précèdent long métrage Teddy qui n’avait pourtant pas été une réussite dans le genre.

 Dans L’Année Du Requin, Marina Foïs incarne Maja, une gendarme qui a toujours eu son métier chevillé au corps mais qui est malheureusement contrainte de prendre sa retraite. Quand à seulement trois jours de la quille,  un requin va faire son apparition dans les eaux de son petit village des Landes, il sera impensable pour elle de quitter son travail avant d’avoir régler la situation. Elle devra alors faire face à une forte opposition des habitants de la ville qui ne croient pas a cette histoire de requins. Ne pouvant compter que sur ses deux collègues les plus fidèles, elle devra leur prouver que tout cela est vrai en capturant elle même le requin.

L'Année Du Requin - Copyright The Jokers / Les Bookmakers

Même si les deux réalisateur s’en défendent L’Année Du Requin ressemble fort à une version parodique des Dents De La Mer. On retrouve dans le film des scènes qui semblent avoir été quasiment reproduite à l’identique comme celle de la panique sur la plage. Le clin d’œil le plus flagrant sera l’utilisation d’une des répliques les plus cultes du film. Enfin, les deux réalisateurs ont aussi opté pour un requin en animatronique comme celui de Steven Spielberg plutôt qu’utiliser des images de synthèse.

Comme pour Teddy, il sera assez difficile de saisir de trouver dans quel genre de films classé L’Année Du Requin. Si au premier abord, il ressemble à une comédie, le long métrage n’est au final pas si drôle que ça. Il se rapproche d’ailleurs même plus souvent du drame dans les questionnements de cette gendarme pas prête du tout à prendre sa retraite Une situation qui ira même jusqu’à mettre son couple en péril. Avec à peine deux ou trois scènes d’attaque, ce qui est certains c’est que l’on ne peut vraiment pas qualifié l’Année Du Requin de film d’horreur tant la tension est peu présente.

L'Année Du Requin - Copyright The Jokers / Les Bookmakers

Alors que nous atendions le plus de leur présence en tête d’affiche Marina Foïs et Kad Merad sont au final les personnages les plus normaux et les moins drôles du film. Un véritable gâchis quand on se souvient combien ils ont pu nous faire rire à leurs débuts. Nul doute qu’à l’époque si Les Robin Des Bois ou Kad Et Olivier avaient voulu se lancer dans le film de requin parodique nous aurions eu un long métrage bien plus réussi que L’Année Du Requin. Fidèle à lui-même, Jean-Pascal Zadi sera peut être le plus amusant du film mais il n’est que secondaire dans cette histoire.

Ludovic et Zoran Boukherma ont visiblement un  humour très particulier et assez malaisant qui ne fera probablement pas rire grand monde. Il repose en effet sur des seconds rôles qui paraissent tous assez débiles sans que l’on sache vraiment si c’est voulu où si c’est parce qu’ils sont interprétés par des acteurs amateurs. À une époque où de grands cinéastes ont bien du mal à financer leur projet, il est étonnant de voir que les deux frangins ont réussi à faire ce film. Après nous avoir déçu avec Teddy, L’Année Du Requin pourrait bien être leur dernier film tant il aura certainement du mal à convaincre les spectateurs.

L'Année Du Requin - Copyright The Jokers / Les Bookmakers

N’est pas Steven Spielberg qui veut et ce n’est certainement pas avec L’Année Du Requin que nous pourrons nous enorgueillir d’une réussite française dans le cinéma de genre. Vous aurez bien plus de chance de rire  devant n’importe quel nanard de requins de la TNT du style Sharknado que devant le nouveau long métrages des frères Boukherma malgré un casting qui avait pourtant tout pour nous faire passer un bon moment. Il ne saura pas étonnant si ce mélange de genre raté entre drame, comédie et horreur ne finisse par boire la tasse au box office.

MON AVIS :
1/5

A Lire Aussi

Rosalie

ROSALIE de Stéphanie Di Giusto [Critique Ciné]

Nadia Tereszkiewicz ose se laisse pousser la barbe pour la romance militante Rosalie.

La Malédiction : L'Origine

LA MALÉDICTION : L’ORIGINE de Arkasha Stevenson [Critique Ciné]

Dans la famille des prequels inutiles de films cultes voici venir La Malédiction : L’Origine

DRIVE-AWAY DOLLS de Ethan Coen [Critique Ciné]

Ethan Coen s’offre une escapade en solo avec le délirant road-movie lesbien Drive-Away Dolls.

Le Jeu De La Reine

LE JEU DE LA REINE de Karim Ainouz [Critique Ciné]

Face à face redoutable entre Alicia Vikander et Jude Law, Le Jeu De La Reine est un fascinant mélange de film historique et de thriller

Vampire Humaniste Cherche Suicidaire Consentant

VAMPIRE HUMANISTE CHERCHE SUICIDAIRE CONSENTANT de Ariane Louis-Seize [Critique Ciné]

Avec ses allures de graphic novel, Vampire Humaniste Cherche Suicidaire Consentant casse les codes  du film de vampires traditionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.